pape-Francois
«C’est un retour à la simplicité. La sobriété, qui est vécue avec liberté et de manière consciente, est libératrice. Ce n’est pas moins de vie, ce n’est pas une basse intensité de vie mais tout le contraire. Le bonheur requiert de savoir limiter certains besoins qui nous abrutissent, en nous rendant ainsi disponibles aux multiples possibilités qu’offre la vie. L’heure est arrivée de réaliser que cette joyeuse superficialité nous a peu servi.» 1Le pouls perturbé de la terre signale aussi la terrible faille des démocraties. Elles marquent de flagrantes absences alors que des évadés de l’Occident sacrifient leurs vies sur l’autel d’un faux « Islam » de par le monde. On doit dorénavant, faire face à une réalité terrifiante mais incontournable. Celle des horreurs. Elles monopolisent des pouvoirs à distances, et les angoisses omniprésentes des individus. Des militants djihadistes habitent, prospèrent et se répandent sur notre planète. Ils usent habilement de la
technologie de pointe, des médias, de leur puissance pétrolifère, de la manipulation des conflits guerriers en Afrique, au Moyen Orient, en Afghanistan et dans bien d’autres lieux. Ce barbarisme est un mode d’annihilation organisé, interdit de diversité, cloîtré et basé sur une structure sophistiquée de dissensions afin de contrôler les populations. Néanmoins, les organismes internationaux s’attardent encore à prémunir de nombreux et précieux monuments religieux. Palmyre est déjà minée et les habitants des zones occupées subsistent douloureusement dans des contextes menaçants. La problématique croissante du climat pèse aussi mais autrement sur notre présent et pour les générations futures. Les spécialistes à l’affût de l’avant garde, les expérimentés de l’âge ou du métier et les atouts jadis utiles de la clairvoyance ou de la sagesse peinent à convaincre. Les bourreaux divers du facteur humain vont plus vite, au delà du mot, pour consacrer la marque des « intérêts » stratégiques et propices à chaque pouvoir et puissance.  Comment comprendre la carte mondiale des conflits aigus sans répondre à ces brûlantes questions? Que peut-on faire encore pour sauver ce qui reste? Les fissures terrestres, la pauvreté et la décomposition de notre part humaine exposent l’humanité à des déséquilibres fulgurants.Ceux des modes de pensées figés, des réflexions stériles et des actions suspendues. La voix du Pape François nous interpelle aujourd’hui pour que les hommes écoutent, comprennent et défendent les choix responsables, sains et libres. Pourrait-on continuer à conserver la qualité nécessaire à la planète et la quiétude de vivre ensemble sans devoir lutter chacun et résolument, contre les « dirigeants » qui servent l’inhumanité par l’exclusivité économique du profit matériel et la voie inexorable des conflits !?

Par Joe Acoury
1 Pape François.