Durant des années, on a entendu parler du fait qu’on n’a pas vu un libanais faire la manche dans les grandes villes étrangères. Il est vrai que nos ressortissants étaient fiers contrairement à nos responsables politiques qui mendient d’importantes sommes jusqu’à aujourd’hui après nous avoir mené à la situation actuelle.

Cependant, cela fait vraiment mal au coeur de voir de vieilles personnes mendier dans les rues libanaises, des libanais de surcroit qui ont remplacé les enfants syriens dans nos rues. Des personnes qui ont oeuvré souvent toutes leurs vies et qui se retrouvent à la rue parfois même faute de pouvoir assumer leurs dépenses quotidiennes, de vieilles personnes dont le corps est cassé par le fait d’avoir travaillé dans des conditions souvent déplorables, souvent dans le stress d’une vie qui ne les a pas trop gâté, guerre civile, hyperinflation des années 80, pour ne pas évoquer tout le reste.

Jusque là, ils étaient fiers mais absents de nos rues.

Mais ils sont désormais dans nos rues, implorant notre pitié et cela est un crêve-coeur, du jamais vu au Liban. Il faut les aider et leur assurer au moins une certaine dignité. Ils sont là à vendre quelques maigres marchandises pour ne pas paraitre mendier pour sauvegarder leur honneur. On ne peut qu’être sensible à leur détresse, même si la pudeur nous interdit de le leur faire ressentir.

Leurs économies sur lesquelles ils comptaient pour survivre – vivre est trop demander dans ce pays aujourd’hui – sont comme toutes les autres, prisonnières – voire même plutôt dire otages – des banques. Mais eux ne peuvent plus avoir le courage de partir comme nos jeunes, de s’exiler en faisant le choix d’une autre vie. Eux, leurs vies sont déjà passées.

Faut-il encore rappeler les chiffres, un salaire minimum qui représente désormais moins que 2 USD par jour quand le seuil de pauvreté est à 6 USD par jour quand on a encore la chance d’avoir un salaire. Nos vieux n’ont généralement même plus de salaires et comptaient sur les maigres épargnes de toutes leurs vies pour leurs vieux jours.

Si vous avez encore la possibilité de leur venir au secours. Faites-le. Aidez-le et le Ciel vous le rendra un jour.

Pensez que votre mère, votre père pourrait un jour se retrouver dans la même situation et que vous serez assurés de voir qu’il existe toujours une âme charitable, un bon samaritain qui viendrait à les aider. N’hésitez pas à leur tendre la main.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

Avatar
Expert économique, François el Bacha est l'un des membres fondateurs de Libnanews.com. Il a notamment travaillé pour des projets multiples, allant du secteur bancaire aux problèmes socio-économiques et plus spécifiquement en terme de diversité au sein des entreprises.