Situé au Sud Liban, le château de Beaufort s’élève sur un éperon rocheux Nord Sud à une attitude de 710 mètres surplombant les gorges du Litani. De forme triangulaire, le château mesure 90 m de base et 170 à sa hauteur. Il se développe sur 2 niveaux, Le château haut à l’ouest qui épouse les contours de l’éperon et le château bas à l’est.

Par sa situation géostratégique, il sera toujours une position âprement disputée, depuis l’époque des croisades jusqu’à la présence palestinienne entre 1976 à 1978 puis d’unités israéliennes lors de l’occupation du Sud Liban de 1978 à 2000.

Il permet par conséquent d’observer la Terre Sainte et on peut notamment voir les colonies israéliennes de Kiryat Shémona, jusqu’à la mer vers l’Ouest, ou Marjayoun ou une partie de la Békaa du coté Est.

Visionner la galerie photo

La partie haute du Château

Le château haut est défendu par une enceinte datant probablement des débuts de l’installation franque du 12ème siècle et fut remanié au 13ème  siècle. 2 imposantes tours circulaires ont renforcé son flanc sud, tandis que 2 tours maitresses, l’une carrée et l’autre hexagonale défendent la courtine ouest et sa pointe nord.

À l’intérieur de l’enceinte du château, se trouvent une salle gothique et des installations résidentielles et artisanales d’époque médiévale puis ottomane.

Du coté est, un glacis protège le château haut et permet de contrôler le château bas. Le château bas est de forme allongée et fut édifié aux époques ayyoubide et mamelouke.

La Partie Basse du Château

Protégée par une enceinte et par 4 tours circulaires, la partie basse du château comporte une entrée, des étables, des chambres de tir et de stockage, des casemates et un arsenal.

À son extrémité Nord, se trouve une tour résidence.

Le château de Beaufort a été construit avec des pierres calcaires provenant des proches carrières. Au Sud du Château, un plateau s’est ainsi constitué suite à l’extraction des pierres dans cette zone. D’autres carrières sont toujours présentes à proximité.

D’autres pierres ont également été extraites du château même et directement utilisées sur les murs formés par la taille même du rochers.

Il s’agit là de la raison pour laquelle, l’édifice porte le nom de Chqif, nom syriaque voulant dire en arabe grotte taillée dans le rocher.

Les pierres du château portent jusqu’à nos jours les traces des outils et des différentes techniques de taille.

Ainsi, on peut y déceler des traces de pics et de coins des tailleurs de pierre, celles des broches et des ciseaux etc… et surtout celles de la Shahouta, outil typiquement oriental.

Certaines parties comportent des tailles très raffinées avec des moutures et des motifs sophistiqués comme la tour maitresse ayyoubide et pour la salle gothique franque.

De nombreuses marques de tailleurs sont également visibles sur les murs du château, il s’agit de marques de carriers, de tailleurs de pierre et parfois d’inscriptions qui permettent de reconnaitre la position d’un bloc dans la construction.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Il ne s’agit pas d’un espace pour les commentaires.

Article mis à jour:

LAISSER UN COMMENTAIRE

Entrez votre commentaire
Entrez votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.