Le Premier Ministre Hassan Diab a indiqué ce jeudi que l’opération de rapatriement des libanais bloqués à l’étranger pourrait s’arrêter en cas d’un nombre élevé de personnes infectées parmi eux.

La première tranche constituera un test. Si le nombre de personnes contaminées reste limité à 1% à 2% du total, le programme se poursuivra. S’il dépasse ce niveau, il pourrait être suspendu. Cependant, de source médiatique, on indique que le programme pourrait être confronté à une série de défis. Ainsi, certains pays auraient refusé l’arrivée sur leurs sols d’équipes médicales libanaises en charge de diagnostiquer les candidats au retour. Ces tests pourraient donc être menés à leur arrivée au Liban, avec le risque de voir les passagers des avions être eux même contaminés.

Cette annonce intervient à l’issue du conseil des ministres qui s’est tenu au Palais Présidentiel de Baabda. Hassan Diab a confirmé que les examens seront menés au Liban et seront répétés une semaine après leur retour.

Concernant les violations du couvre-feu sanitaire, le Premier Ministre a indiqué que des décisions plus dures pourraient être prochainement annoncées si la négligence d’une partie de la population se poursuit.

Pour l’heure, le Liban compte 494 personnes contaminées et déplore 16 décès selon le bilan officiel publié ce 2 avril.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Il ne s’agit pas d’un espace pour les commentaires.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Entrez votre commentaire
Entrez votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.