Des coups de feu ont été entendus à Sin el Fil alors que des partisans du mouvement Amal manifestaient à proximité du centre Mirna Chalouhi ou se trouve le siège du CPL.

Le Premier Ministre Saad Hariri appelle les partis au calme.

Selon des sources proches du CPL, la sécurité du siège du CPL a du tirer des coups de feu en l’air suite à l’attaque de partisans du mouvement AMAL. Ces derniers accusent les sympathisants du CPL de leur avoir tiré dessus.

Les membres du mouvement Amal avaient précédemment brulé des pneus et des poubelles.

Précédemment, ces derniers avaient également bloqué la route menant de Mar Elias à la corniche Béchara Khoury, toujours à Beyrouth. Par ailleurs, le siège du CPL à Mar Elias a été incendié.

Les forces de sécurité et l’Armée Libanaise se déploient actuellement pour séparer les protagonistes. Les sympathisants du mouvement Amal se sont depuis retirés de Sin el Fil.

Des vidéos circulent sur les différents réseaux sociaux comme celui d’enfants du mouvement Amal menaçant le président du CPL.

Voir aussi: Une vidéo tournée à l’insu de Gébran Bassil aggrave la crise entre Amal et le CPL

Une vidéo à l’origine des incidents

Une vidéo du Ministre des Affaires Etrangères Gébran Bassil a été rendue ce dimanche soir. Ce dernier, s’exprimant devant un groupe de sympathisants originaires de Batroun a décrit le Président de la Chambre des députés comme étant un Voyou. Cette vidéo a été tournée par une sympathisante du Parti Kataëb qui a déclaré avoir agi indépendamment de son parti en raison des tensions entre partis phalangistes et aounistes.

 La crise politique entre le Président de la République et le Président de la Chambre a pour origine, la signature d’un décret d’avancement de 200 officiers de l’Armée Libanaise – essentiellement chrétiens – qui avaient vu leurs carrières interrompus durant 2 ans en 1990 à la suite de la défaite de l’Armée Libanaises sous commandement du Général Michel Aoun, à l’époque Commandant face aux pro-syriens.
Gébran Bassil a également accusé Nabih Berry de vouloir diviser les libanais en fonction d’appartenances sectaires et de vouloir faire chanter la communauté libanaise de la diaspora.
Ainsi, Nabih Berry aurait menacé, toujours selon Gébran Bassil, les hommes d’affaires chiites libanais. Il aurait également exprimé son souhait de voir fermer un établissement bancaire sponsorisant la conférence « Lebanese Diaspora Energy »  ou encore d’interdire à ses participant d’entrer sur le territoire national. Par ailleurs, le Mouvement Amal aurait également fait pression sur la communauté libanaise d’Afrique pour que ses représentants ne se rendent pas à la conférence de la diaspora organisée par le Ministère des AF à Abidjan en Côte d’Ivoire.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée .

Article mis à jour:

Un commentaire?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.