Les propos tenus par le ministre sortant des Affaires Etrangères Libanais Charbel Wehbé en soutien au Hezbollah ont quelque peu dégradé les relations entre le Liban et certains pays arabes comme l’Arabie Saoudite. Certaines sources indiquent que l’Arabie Saoudite pourrait même décider du rappel de son ambassadeur présent au Liban.

Pour l’heure, la Présidence Libanaise tente également de minimiser la portée des déclarations de Charbel Wehbé, qui avait indirectement accusé certains pays arabes d’être à l’origine de la présence de Daesh au Liban, dans les plaines de Nineveh, al Anbar et de Palmyre.

La présidence de la république a ainsi publié un communiqué indiquant que la position du ministre sortant des affaires étrangères ne représente pas la position de la présidence de la république ni de l’état libanais, mais une opinion personnelle propre à lui.

Certains pays arabes estiment que ces propos pourraient avoir des conséquences mêmes sur les communautés libanaises présentes chez eux.

Le ministre a également justifié la présence du Hezbollah sur le territoire libanais, estimant que le mouvement chiite défend la souveraineté du Liban contre toute agression israélienne similaire à la situation vécue dans la bande de Gaza.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

Cette publication est également disponible en : Français English العربية Italiano Español Հայերեն