L'entrée principale de la Banque du Liban (BDL) Crédit Photo: Libnanews.com, tous droits réservés
L'entrée principale de la Banque du Liban (BDL) Crédit Photo: Libnanews.com, tous droits réservés

La livre libanaise chute ce jeudi 11 novembre face au dollar au marché noir, suite à la décision de la Banque du Liban à imposer l’achat par les importateurs de carburants de 10% des sommes nécessaires auprès des marchés parallèles en lieu et place de sa plateforme électronique Sayrafa.

Cette chute de la livre libanaise était attendue par les observateurs qui notent que la BdL a transféré ainsi une pression équivalente au double du marché noir. Ainsi si précédemment ce marché enregistrait près de 8 millions de dollars de transaction quotidiennement, les importateurs devraient trouver une somme proche d’un million de dollar supplémentaire quotidiennement afin d’acheter des carburants pour les consommateurs, la facture pétrolière mensuelle étant estimée à près de 300 millions de dollars par mois actuellement.

Par ailleurs, l’achat de 10% des sommes nécessaires au marché noir réduisant leurs marges, certaines sources proches des sociétés importatrices indiquaient que celles-ci pourraient réduire leurs achats, induisant par conséquent de nouvelles pénuries de carburants après une accalmie depuis septembre.

Ainsi, la parité à l’achat est de 21 900 LL/USD et à la vente de 21 950 LL/USD, au plus proche de son plus bas historique, cela en dépit de la relance prochaine des négociations entre le gouvernement Mikati III et le FMI visant à débloquer l’aide internationale.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.