Les autorités libanaises, avec le soutien des services du FMI, ont formulé un programme global de réforme économique visant à reconstruire l’économie, à rétablir la viabilité financière, à renforcer la gouvernance et la transparence, à supprimer les obstacles à la croissance créatrice d’emplois et à augmenter les dépenses sociales et de reconstruction.

Le programme convenu est soumis à l’approbation de la direction du FMI et du Conseil d’administration, et les autorités libanaises ont accepté d’entreprendre plusieurs réformes essentielles avant la réunion du Conseil d’administration du FMI.
Le soutien financier à des conditions très concessionnelles des partenaires internationaux du Liban sera essentiel pour soutenir les efforts des autorités et garantir que le programme est financé de manière adéquate et peut atteindre ses objectifs.
Washington, DC : En réponse à une demande des autorités libanaises, une mission du Fonds monétaire international (FMI) dirigée par M. Ernesto Ramirez Rigo s’est rendue à Beyrouth, au Liban, du 28 mars au 7 avril, pour discuter du soutien du FMI au Liban et aux autorités. ‘ programme global de réformes économiques.

A la fin de la mission, M. Ramirez Rigo a fait la déclaration suivante :

“Les autorités libanaises et l’équipe du FMI sont parvenues à un accord au niveau des services sur des politiques économiques globales qui pourraient être soutenues par un accord de financement élargi (EFF) de 46 mois avec un accès demandé de 2 173,9 millions de DTS (soit environ 3 milliards de dollars). Cet accord est soumis à l’approbation de la direction du FMI et du Conseil d’administration, après la mise en œuvre en temps voulu de toutes les actions préalables et la confirmation du soutien financier des partenaires internationaux. Le FEP vise à soutenir la stratégie de réforme des autorités pour rétablir la croissance et la viabilité financière, renforcer la gouvernance et la transparence et augmenter les dépenses sociales et de reconstruction. Cela devra être complété par la restructuration de la dette publique extérieure qui se traduira par une participation suffisante des créanciers pour rétablir la viabilité de la dette et combler les déficits de financement.

« Le Liban est confronté à une crise sans précédent, qui a entraîné une contraction économique dramatique et une forte augmentation de la pauvreté, du chômage et de l’émigration. Cette crise est une manifestation de vulnérabilités profondes et persistantes générées par de nombreuses années de politiques macroéconomiques non viables alimentant d’importants déficits jumeaux (budgétaire et extérieur), le soutien à un taux de change surévalué et un secteur financier surdimensionné, combinés à de graves problèmes de responsabilité et de transparence et à un manque de réformes structurelles. Tout cela a atteint son paroxysme fin 2019 avec l’accélération des sorties de capitaux qui a conduit au défaut souverain en mars 2020, suivie d’une profonde récession, d’une chute spectaculaire de la valeur de la monnaie libanaise et d’une inflation à trois chiffres. La crise a été aggravée par la pandémie de Covid et l’explosion du port de Beyrouth en août 2020, tandis que la guerre en Ukraine exacerbe les pressions sur le compte courant et l’inflation et pèse davantage sur l’approvisionnement en nourriture et en carburant. Les conditions de vie de la population, en particulier des plus vulnérables, se sont dramatiquement détériorées, en partie à cause du manque de ressources et d’un solide réseau de protection sociale.

« Les autorités reconnaissent la nécessité urgente de lancer un programme de réforme à plusieurs volets pour relever ces défis, restaurer la confiance et remettre l’économie sur une trajectoire de croissance durable, avec une activité du secteur privé et une création d’emplois plus fortes. À cet égard, leur plan repose sur cinq piliers clés :

Restructurer le secteur financier pour rétablir la viabilité des banques et leur capacité à allouer efficacement les ressources pour soutenir la reprise ;
La mise en œuvre de réformes budgétaires associées à la restructuration proposée de la dette publique extérieure assurera la viabilité de la dette et créera un espace pour investir dans les dépenses sociales, la reconstruction et les infrastructures ;
Réformer les entreprises publiques, notamment dans le secteur de l’énergie, pour fournir des services de qualité sans épuiser les ressources publiques ;
Renforcer les cadres de gouvernance, de lutte contre la corruption et de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme (LBC/FT) afin d’améliorer la transparence et la responsabilité, notamment en modernisant le cadre juridique de la banque centrale et les dispositifs de gouvernance et de responsabilité ;
Établir un système monétaire et de taux de change crédible et transparent .
« Des politiques et des réformes décisives dans ces domaines, ainsi qu’un financement extérieur important, sont nécessaires pour atteindre les objectifs des autorités au cours des prochaines années.

« Cela comprend l’amélioration des finances publiques et la réduction de la dette publique par des mesures génératrices de recettes et des réformes administratives pour assurer une répartition plus équitable et transparente de la charge fiscale. Le budget 2022 est une première étape cruciale dans cette direction. Il vise à atteindre un déficit primaire de [4] % du PIB soutenu par une modification de l’évaluation des importations à des fins douanières et fiscales à effectuer à un taux de change unifié. Cela permettrait une augmentation des allocations aux employés du secteur public pour relancer le fonctionnement de l’administration publique et pour une augmentation des dépenses sociales, dans le but de protéger les plus vulnérables. Le déficit budgétaire sera financé par l’extérieur et la pratique du financement par la banque centrale sera abolie.

« La BdL sera guidée par les objectifs primordiaux de créer les conditions de la désinflation, notamment en passant à un nouveau régime monétaire. Il se concentrera sur la reconstitution de ses réserves de devises et le maintien d’un taux de change unique déterminé par le marché, ce qui contribuera au fonctionnement du secteur financier, contribuera à une meilleure allocation des ressources dans l’économie et permettra d’absorber les chocs externes. Le mandat de la BdL et sa structure de gouvernance seront renforcés par l’adoption d’une vaste réforme de la législation nécessaire.

« La santé et la viabilité du secteur financier devront être restaurées pour que le pays soit en mesure de lever l’incertitude existante et de créer les conditions d’une forte croissance économique. Les besoins totaux de recapitalisation du système bancaire sont très importants, et les pertes devront être reconnues dès le départ et réparties, tout en protégeant les petits déposants. Une stratégie appropriée a été conçue, mais sa mise en œuvre nécessite un certain nombre de modifications législatives pour la soutenir.

« Ces premières étapes seront suivies d’autres réformes. Les réformes de la politique fiscale et de l’administration des recettes élargiront l’assiette fiscale et renforceront les recettes. Des plans complets de recouvrement des coûts dans le secteur de l’énergie et l’introduction d’un nouveau cadre pour les entreprises publiques afin d’améliorer leur gouvernance et leur surveillance contribueront à réduire l’hémorragie des rares ressources gouvernementales. La modernisation du cadre de gestion des finances publiques, la mise en œuvre de la loi sur les marchés publics récemment approuvée, l’adoption de la loi sur la concurrence, une réforme de la fonction publique et des régimes de retraite et de retraite augmenteront la transparence et l’efficacité des dépenses. L’espace budgétaire créé par ces efforts sera utilisé pour améliorer la protection sociale et l’équité au sein de la population libanaise ainsi que pour le développement des infrastructures et du capital humain. Les cadres de supervision bancaire, de résolution de la LBC/FT, ainsi que les régimes d’assurance des dépôts et de déclaration de patrimoine seront renforcés, et la Commission nationale de lutte contre la corruption sera pleinement opérationnelle.

« Ces efforts seront complétés par des réformes déjà en cours ou à discuter avec d’autres institutions financières multilatérales et régionales, apportant leur expertise critique et leur financement, et accompagnant les efforts des autorités pour jeter les bases d’une économie plus forte et plus durable.

« Les autorités sont conscientes des défis auxquels elles sont confrontées dans la mise en œuvre de ce programme ambitieux, mais ont souligné que ce programme de réforme est essentiel pour mettre fin à la crise actuelle et bénéficie du soutien de l’ensemble des dirigeants politiques. Ils ont exprimé leur ferme engagement à mener à bien ce programme de réforme et à en maintenir la mise en œuvre décisive lors des prochaines élections législatives et présidentielles. Les autorités se sont également engagées à intensifier leurs efforts pour communiquer et expliquer leurs plans de réforme au public.

Enfin, les autorités comprennent la nécessité de lancer les réformes dès que possible et ont convenu de mettre en œuvre les mesures suivantes avant l’examen du Conseil d’administration du FMI :

Approbation par le Cabinet d’une stratégie de restructuration bancaire qui reconnaît et traite dès le départ les pertes importantes du secteur, tout en protégeant les petits déposants et en limitant le recours aux ressources publiques.
Approbation par le Parlement d’une législation appropriée sur la résolution bancaire d’urgence, nécessaire pour mettre en œuvre la stratégie de restructuration bancaire et relancer le processus de rétablissement du secteur financier, qui est fondamental pour soutenir la croissance.
Initiation d’une évaluation banque par banque avec assistance externe pour les 14 plus grandes banques en signant les termes de références avec un cabinet international réputé.
Approbation par le Parlement d’une loi réformée sur le secret bancaire afin de la mettre en conformité avec les normes internationales de lutte contre la corruption et de supprimer les obstacles à une restructuration et une supervision efficaces du secteur bancaire, à l’administration fiscale, ainsi qu’à la détection et à l’investigation des délits financiers et au recouvrement des avoirs.
Achèvement de l’audit spécial de la position des avoirs étrangers de la BdL, pour commencer à améliorer la transparence de cette institution clé.
Approbation par le Cabinet d’une stratégie budgétaire et de restructuration de la dette à moyen terme, qui est nécessaire pour rétablir la viabilité de la dette, insuffler de la crédibilité aux politiques économiques et créer un espace budgétaire pour des dépenses sociales et de reconstruction supplémentaires.
Approbation par le Parlement du budget 2022, pour commencer à retrouver la responsabilité budgétaire.
L’unification par la BdL des taux de change pour les transactions autorisées en compte courant, indispensable pour relancer l’activité économique, restaurer la crédibilité et la viabilité extérieure, et qui sera soutenue par la mise en place du contrôle des capitaux.
“L’équipe du FMI est reconnaissante aux autorités libanaises et à plusieurs groupes de la société civile et du secteur privé pour les discussions ouvertes et constructives et leur hospitalité.”

Source: FMI

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.