Une réunion du conseil des ministres s’est déroulée sous la présidence du Chef de l’Etat, le Général Michel Aoun, au Palais de Baabda. Au menu, les conséquences de la mise en état de défaut de paiement des obligations internationales libanaises et les discussions préliminaires concernant le plan de sortie de crise financière.

Le Président de la République a ainsi appelé ses ministres à formuler un plan visant à restructurer la dette libanaise, le secteur bancaire, la Banque du Liban en plus des réformes administratives et financières. Ce plan devrait être mis en place en parallèle aux négociations qui devraient être entreprises d’ici 2 semaines avec les détenteurs des obligations internationales libanaise.

Il s’agit de la première déclaration publique faite par un responsable politique à ce niveau qui évoque une restructuration du système financier libanais, ce que beaucoup d’experts jugent pourtant nécessaire et estiment inévitable.

Parmi les autres projets discutés, la légalisation du contrôle des capitaux mis en place en novembre à l’initiative de l’Association des Banques du Liban (ABL) et non des autorités elles-mêmes. Cette mesure, décriée, limite les retraits en dollars et interdit, sauf cas exceptionnels, les virements à l’étranger. Cependant, les banques libanaises ont perdu plusieurs procès intentés depuis par les déposants, faisant ainsi face à une possible panique bancaire en cas d’application de ces mesures.

La question des mesures supplémentaires à prendre face à l’épidémie de coronavirus a également à l’ordre du jour.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

Cette publication est également disponible en : English العربية Deutsch Italiano Español Հայերեն

Libnanews est un site d'informations en français sur le Liban né d'une initiative citoyenne et présent sur la toile depuis 2006. Notre site est un média citoyen basé à l’étranger, et formé uniquement de jeunes bénévoles de divers horizons politiques, œuvrant ensemble pour la promotion d’une information factuelle neutre, refusant tout financement d’un parti quelconque, pour préserver sa crédibilité dans le secteur de l’information.

Les commentaires sont fermés