Une réunion du conseil des ministres s’est déroulée sous la présidence du Chef de l’Etat, le Général Michel Aoun, au Palais de Baabda. Au menu, les conséquences de la mise en état de défaut de paiement des obligations internationales libanaises et les discussions préliminaires concernant le plan de sortie de crise financière.

Le Président de la République a ainsi appelé ses ministres à formuler un plan visant à restructurer la dette libanaise, le secteur bancaire, la Banque du Liban en plus des réformes administratives et financières. Ce plan devrait être mis en place en parallèle aux négociations qui devraient être entreprises d’ici 2 semaines avec les détenteurs des obligations internationales libanaise.

Il s’agit de la première déclaration publique faite par un responsable politique à ce niveau qui évoque une restructuration du système financier libanais, ce que beaucoup d’experts jugent pourtant nécessaire et estiment inévitable.

Parmi les autres projets discutés, la légalisation du contrôle des capitaux mis en place en novembre à l’initiative de l’Association des Banques du Liban (ABL) et non des autorités elles-mêmes. Cette mesure, décriée, limite les retraits en dollars et interdit, sauf cas exceptionnels, les virements à l’étranger. Cependant, les banques libanaises ont perdu plusieurs procès intentés depuis par les déposants, faisant ainsi face à une possible panique bancaire en cas d’application de ces mesures.

La question des mesures supplémentaires à prendre face à l’épidémie de coronavirus a également à l’ordre du jour.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Il ne s’agit pas d’un espace pour les commentaires.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Entrez votre commentaire
Entrez votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.