3 minutes à lire

S’exprimant au nom des victimes de l’explosion du 4 aout 2020, Maître Nada Abdel Sater, a appelé, lors d’une conférence de presse à la mise en place d’une enquête indépendante et internationale fiable, en raison du manque de confiance envers le système actuel soumis au système local.

L’avocate appelle donc le conseil de sécurité de l’ONU à décider de l’envoi rapide d’un comité d’enquête avant que la scène du crime ne soit altérée. Elle appelle également à un procès international et lieu via la cour pénale internationale ou la création d’un tribunal spécial en charge de ce crime.

Aussi, une centaine de personnes victimes de l’explosion puis des milliers ont signé dès le 8 août 2020 une pétition faisant circuler cette demande. Dès le 12 août 2020, un message a été adressé à la communauté internationale à ce sujet.

Ce message est notamment parvenu aux ambassadeurs des pays membres du conseil de l’ONU et au secrétariat général de l’institution.

Le message adressé à l’ONU

À la lumière des multiples déclarations officielles qui ont porté ce crime à la négligence, à la corruption, à une opération extérieure au moyen d’un missile et / ou à d’autres raisons, puisque les autorités libanaises sont suspectes dans le cadre de la responsabilité de cet acte criminel à la lumière des preuves publiques faisant état d’une connaissance antérieure à l’explosion et de récits contradictoires sur ce qui s’est passé

Prenant en considération la situation politique et sécuritaire au Liban, l’intimidation, les menaces et les attaques contre les juges et les avocats au Liban,

Rappelant la déclaration publiée le 5 août 2020 du Club des juges du Liban, indiquant que les responsables à tous les niveauxtentent d’échapper à leurs responsabilités et de les renvoyer devant la justice libanaise,

Tenant compte de la suspicion croissante d’altération de la scène du crime et d’avoir empêché des experts internationaux de fournir de l’aide

Compte tenu de l’incapacité du système libanais à travers l’histoire à traiter les crimes majeurs, qui ont conduit à leur oubli,

en référence à la violence massive que l’État libanais a pratiquée contre les civils qui ont manifesté pour exiger la justice,

et toujours dans la préservation absolue de la souveraineté et de la dignité du Liban,

Les victimes du massacre de Beyrouth en 2020 demandent à la communauté internationale, avec détermination, de soutenir la justice, la vérité et la réalisation de la vérité à travers la mise en place d’une enquête internationale et d’un procès international pour ce crime contre l’humanité en renvoyant l’affaire devant la Cour pénale internationale en vertu du chapitre sept (de la charte des Nations Unis), ou par la création d’un tribunal international spécial qui préserve le droit des victimes à y participer, à se présenter et réclamer une indemnité pour les dommages

Et pour que le tribunal ait le pouvoir absolu d’imposer des compensations financières, des sanctions, des procédures, et le pouvoir absolu de poursuivre toute personne privée ou publique, libanaise ou non libanaise, dont le développement se trouve directement et / ou indirectement dans ce crime contre l’humanité.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité marche uniquement sur un ordinateur.

Cet article est disponible en Français