Comme si les ordures “made in Lebanon” ne suffisaient plus, les plages libanaises sont également souillées par les déchets hospitaliers israéliens, comme a pu le constater l’activiste Mona Khalil qui surveille la place d’Al Mansoura au Sud du Liban.

Crédit Photo: Mona Khalil

Certains de ces déchets, comme on peut le constater sur les photographies prises par Mona Khalil, portent des inscriptions en hébreu, levant tout doute sur leurs origines.

Après avoir été rassemblés par ses soins et ceux de ses bénévoles, les déchets ont été confiés à l’Armée Libanaise qui a indiqué qu’elle notifiera les autorités israéliennes de cette pollution via les canaux officieux.

Pour rappel, le Liban – pourtant signataire depuis 1994, comme Israël, de la convention de Barcelone qui interdit le déversement de déchets en Mer Méditerranée – n’est pas également exempt de critiques à ce sujet, ayant même établi officiellement des décharges sur ses côtes, à Costa Brava, au Sud de la Capitale, ou encore à Bourj Hammoud et Jdeijeh. Ces décharges sont régulièrement dénoncées comme étant à l’origine d’importantes pollutions plastiques le long des côtes libanaises. Certains des déchets libanais auraient même atteint les côtes turques ou chypriote après un long périple.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Il ne s’agit pas d’un espace pour les commentaires.

Un commentaire?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.