2 minutes à lire

Révélé en 1925 et adopté le 12 juillet 1927, sept ans après la proclamation de l’état du Grand Liban pendant le mandat français suite à un concours national ouvert, l’hymne national du Liban a été écrit par Rachid Nakhlé et composé par Wadia Sabra.

Il remplaçait alors un premier hymne composé par Béchara Ferzan, révélé le 1er septembre 1920 depuis le perron du Palais des Pins ou lors de la proclamation de l’état du Grand Liban.

Wadia Sabra (né le 23 février 1876 et décédé le 11 avril 1952,, son compositeur donc, est le fondateur du du Conservatoire libanais national supérieur de musique en 1925.

Voici par ailleurs un enregistrement de la partition de l’accompagnement original de Wadia Sabra avec au piano Aliénor Khalifé. Nos remerciements à Fady Jeanbart pour nous l’avoir signalé.

Le texte en français

Tous pour la patrie, pour la gloire et le drapeau.
Par l’épée et la plume nous marquons les temps.
Notre plaine et nos montagnes font des hommes vigoureux.
À la perfection nous consacrons notre parole et notre travail.
Tous pour la patrie, pour la gloire et le drapeau.
Tous pour la patrie.

Nos vieux et nos jeunes attendent l’appel de la patrie.
Le jour de la crise, ils sont comme les lions de la jungle.
Le cœur de notre Orient demeure à jamais le Liban.
Que Dieu le préserve jusqu’à la fin des temps.
Tous pour la patrie, pour la gloire et le drapeau.
Tous pour la patrie.

Sa terre et sa mer sont les joyaux des deux orients.
Ses bonnes actions envahissent les pôles.
Son nom est sa gloire depuis le début des temps.
Son cèdre est sa fierté, son symbole éternel.
Tous pour la patrie, pour la gloire et le drapeau.
Tous pour la patrie.

Le texte en arabe

كلنا للوطن للعلى للعلم
ملء عين الزّمن سيفنا والقلم
سهلنا والجبل منبت للرجال
قولنا والعمل في سبيل الكمال
كلنا للوطن للعلى للعلم
كلّنا للوطن

شيخنا والفتى عند صوت الوطن
أسد غاب متى ساورتنا الفتن
شرقنا قلبه أبداً لبنان
صانه ربه لمدى الأزمان
كلنا للوطن للعلى للعلم
كلنا للوطن

بحره برّه درّة الشرقين
رِفدُهّ برّهُ مالئ القطبين
إسمه عزّه منذ كان الجدود
مجدُهُ أرزُهُ رمزُهُ للخلود
كلّنا للوطن للعلى للعلم
كلّنا للوطن

Le saviez-vous?

Une polémique a éclaté il y a quelques années, suite à la diffusion en 2011 d’une émission de télévision ayant noté un plagiat possible de l’oeuvre de Mohammed Flayfel dédiée à Mohamed ben Abdelkrim el-Khattabi, le chef de l’éphémère République de Rif.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.