La compagnie publique OGERO a annoncé le prochain arrêt du fonctionnement de ses centraux téléphoniques faute de fioul pour alimenter les générateurs de ces derniers et cela en l’absence de fourniture de courant par la compagnie publique EDL. Cette pénurie de fioul a été induite par l’arrêt du financement de ce fioul en raison d’une grève au sein du ministère des finances.

Cet arrêt pourrait signifier également la suspension – outre des télécommunications fixes – des services liés à Internet et intervient à la veille de l’augmentation des tarifs décidés par le ministère des télécommunications.

Il ne s’agit pas de la première fois que les services OGERO sont ainsi interrompus. Déjà au début de l’année, le différentiel de la parité entre parité officielle de la livre libanaise et celle du marché noir et de Sayrafa, taux de référence pour les carburants, avait déjà provoqué une pénurie de fioul pour les générateurs des centraux téléphoniques, suite à quoi, des sommes complémentaires avaient été transférées par le ministère des finances en faveur de la compagnie publique afin de couvrir cette différence.

Outre les réseaux de télécommunication, le paiement des salaires des fonctionnaires ou le fonctionnement d’autres institutions comme celle de l’EDL, celles liées à la distribution de l’eau voire même des hôpitaux publics sont menacés par cette grève du ministère des finances. Ces fonctionnaires exigeraient ainsi une hausse de leurs salaires et indemnités suite à la détérioration brutale de la parité de la livre libanaise face au dollar. La monnaie locale a ainsi perdu plus de 90% de sa valeur par rapport au billet vert, amenant plus de 82% de la population à, désormais, vivre en-dessous du seuil de pauvreté.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.