2 minutes à lire

Occupant la région de Rachaya dans la Békaa Ouest à partir de 1920, les troupes françaises, présentes en conformité avec le Mandat établi par la Société des Nations, eurent à faire face durant 4 jours -du 20 au 24 novembre 1925- aux rebelles Druzes qui étaient dirigés par Zayd al-Atrash et qui s’étaient repliés dans la région après la reprise de Damas. 3000 combattants druzes affronteront ainsi le 4e escadron du 1er régiment étranger de cavalerie (1er REC) de la Légion étrangère, fort d’une centaine d’hommes et commandé par le capitaine Landriau.

L’objectif de l’opération rebelle était de constituer un pont entre les régions druzes libanaises et syriennes et couper ainsi les communications de l’Armée Françaises entre le littoral et l’arrière-pays. La Grande Révolte Druze risquait également de se transformer en conflit sectaire opposant ces derniers aux chrétiens suite à la prise de la localité de Marjayoun ou aux massacres de maronites qui avaient pris place. Pour y faire face, les troupes du Levant transformeront la citadelle de Rachaya en base d’opération.

Dès le 20 novembre, profitant de la tombée de la nuit, les rebelles s’infiltrèrent dans la défense mise en place par les troupes françaises et se saisirent d’une partie de la forteresse pour en être repoussés. De violents combats s’ensuivirent dans l’enceinte de la forteresse pendant les 3 jours suivant, jusqu’à ce qu’une charge à la baïonnette française oblige les rebelles à se replier à l’extérieur.

Au bout de ces 3 jours, à court de munitions, le capitane Landriau décida de « faire Camerone » en lançant un ultime assaut afin de tenter de briser l’encerclement. Avant que Landriau ne puisse lancer sa charge, l’aviation française arriva pour bombarder les rebelles rassemblés autour de la forteresse et l’unité fut renforcée par l’arrivée d’une première colonne de secours du 6e régiment de Spahis puis une seconde colonne du 21e régiment de tirailleurs algériens. On dénombra plus de 400 morts chez les rebelles (et au moins 34 blessés) pour 58 tués et blessés, coté troupes du Levant. Par la suite, les forces de Zayd al Atrash se replièrent dans les montagnes de l’Anti-Liban et en Syrie.

La Grande Révolte Druze se poursuivra jusqu’en 1927 en territoire syrien où elle s’achèvera en raison des conflits opposant les différentes communautés syriennes et grâce à une mobilisation militaire massive déployée par la France.
Le bilan des pertes humaines est d’environ 10 000 morts syriens, essentiellement civils, et de 2 500 à 6 000 soldats côté français.

Mais cela est une autre Histoire!

Lire également

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.