Des livres libanaises. Crédit Photo: François el Bacha pour Libnanews.com

Au lendemain de la démission du directeur général du Ministère des Finances, Alain Bifani, par ailleurs l’un des principaux négociateurs pour la partie libanaise avec le Fonds Monétaire International (FMI), la parité de la Livre Libanaise face au dollar continue son effondrement au marché noir.

La parité de la livre libanaise face au dollar atteint désormais 8 300 LL/USD à l’achat et 8 500 LL/USD à la vente, sur fond de craintes de voir les négociations avec le FMI échouer ce qui placerait le Liban et ses institutions financières dans une position délicate.

Cette démission pourrait complexifier, voire même échouer les négociations entreprises par le Liban avec le FMI. Face à la crise économique, Beyrouth demanderait une aide économique de 10 milliards de dollars. Cependant, certaines sources proches du FMI estiment que cette démission pourrait amener à la fin des négociations et indiquent que les autorités libanaises font face à de nombreux obstacles pour mener les réformes nécessaires pour sauver l’économie libanaise. En cas d’échec des négociations avec le FMI, d’autres experts financiers estiment que le risque de dévaluation incontrôlé et de crash bancaire augmente voire est très probable.

Hier, la Banque du Liban a amendé certaines circulaires relevant la parité concernant le retrait de comptes dollars en livres libanaises. Précédemment, les banques libanaises donnaient ainsi 3000 LL par dollar. Ce plafond a été relevé à 3850 LL/USD.

Toujours hier, le syndicat des agents de change officiel avait indiqué avoir maintenu la parité de la Livre Libanaise à 3 850 LL/USD à l’achat et à 3 950 LL/USD à la vente. La parité officielle de la livre libanaise face au dollar est toujours de 1507 LL/USD

Liban: Alain Bifani confirme sa démission: le temps devant nous est court

Le coordinateur spécial de l’ONU pour le Liban Jan Kubis a hier estimé que la démission du directeur général du Ministère des Finances Alain Bifani constitue une perte pour le Liban, pays face à une crise économique d’une ampleur sans précédente.

La directrice générale du FMI Kristalina Georgieva ne prévoit aucune percée dans les négociations avec l’institution financière internationale dans les négociations entreprises avec Beyrouth.

L’un des principaux adversaires du désormais ex-directeur du ministère des finances, l’Association des banques du Liban, dont le rôle est mis sur la sellette après avoir unilatéralement imposé un contrôle des capitaux s’est réjouie de cette démission, estimant qu’elle confortait sa vision minimisant les pertes du secteur financier.

Contrairement au communiqué de l’ABL qui estime que cette démission confirme que ses estimations des pertes des banques privées, Alain Bifani avait indiqué que les estimations du gouvernement, soit 241 000 milliards de livres libanaises sont proches des estimations du FMI.

Le plan de sauvetage dont Alain Bifani était l’un des principaux auteurs prévoyait un wipe out des actionnaires existants des banques lors du processus de restructuration du secteur financier.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Il ne s’agit pas d’un espace pour les commentaires.