Les autorités libanaises ont confirmé que les premiers forages dans les zones maritimes économiques exclusives auront bien lieu dès décembre.

Au cours de la conférence intitulée International Beirut Forum for Energy qui s’est tenue ce jeudi 16 septembre, la Ministre de l’Energie et des Ressources Hydrauliques, Nada Boustani, a indiqué qu’un forage se ferait ainsi au niveau du bloc 4 situé au large des côtes de la capitale libanaise, avant fin 2019, suivi d’un deuxième forage, au niveau du bloc 9, au sud du Liban en 2020 dont une grande partie est revendiquée par Israël.

La Ministre a précisé que le deuxième forage se fera à proximité immédiate de la zone revendiquée par l’état hébreu.

Pour rappel, outre le bloc 9, une partie des blocs 8 et 10 sont également revendiquées par israël.

Plus de précisions

Les 2 zones ont été attribuées en 2017 à un consortium composé par le français Total, l’Italien ENI et le russe Novatek. Selon Nada Boustani, il existerait une chance sur 3 d’y découvrir du pétrole commercialement exploitable dès le premier forage sur place.

Le contrat d’exploration a été attribué à une entreprise américaine, Vantage Drilling, qui utilisera à cette fin, son navire nommé Tungsten Explorer. Il s’agira pour lui de découvrir si le sous-sol de la zone héberge du pétrole et du gaz.

La ministre a également souligné que le Liban devrait conclure des partenariats régionaux avec les pays amis pour pouvoir utiliser des infrastructures communes et profiter de leurs expertises et du transfert de certaines technologies. Il s’agirait notamment de Chypre et de l’Egypte avec qui les autorités libanaises pourraient prochainement conclure des accords bilatéraux qui complèteront ceux déjà signés.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée .

Un commentaire?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.