Le Président de la République, le Général Michel Aoun en compagnie de Burt Alistair. Crédit Photo: Dalati @ Nohra
Le Président de la République, le Général Michel Aoun en compagnie de Burt Alistair. Crédit Photo: Dalati @ Nohra

Le Président de la République, le Général Michel Aoun, a reçu ce jeudi 7 mars 2019, le secrétaire d’état adjoint britannique pour les affaires du Moyen Orient, Alistair Burt, alors que la Grande Bretagne a décidé de désigner, la semaine dernière, la totalité du Hezbollah comme étant un mouvement terroriste.

Au cours de cet entretien, le chef de l’état a réitéré la position du Liban, selon laquelle le Hezbollah appartient à la population libanaise, et est présent au sein de ses institutions comme au gouvernement ou Parlement.

Pour sa part, Alison Burt a indiqué que la décision britannique n’affectera pas négativement les relations bilatérales entre les 2 pays.

Pour rappel, le 25 février 2019, la Grande Bretagne a décidé de classer la totalité du Hezbollah comme étant un mouvement terroriste. Précédemment, seule la branche du militaire du mouvement chiite était ainsi classé.

Cette annonce du Secrétaire d’État des Affaires étrangères et du Commonwealth, Sajid Javid, serait motivée par le fait que, selon les autorités britanniques, “le Hezbollah continuerait ses tentatives de destabilisation de la situation fragile au Moyen Orient”.

Il faisait ainsi allusion au rôle de la branche militaire du Hezbollah en Syrie ou au Yémen ainsi qu’à la découverte de tunnels violant la ligne bleue, ligne de démarcation entre le Liban et Israël. Il serait également difficile pour la Grande Bretagne, selon Sajid Javid, de distinguer désormais le Parti Politique de la Branche Militaire.