2 minutes à lire

Le Ministre de la Santé sortant, Jamil Jabak a estimé que le Liban souffre ” d’une énorme pénurie de matériel médical et de fournitures, et si cette situation se maintenait, nous pourrions nous retrouver dans une situation dangereuse”.

Il faisait ainsi allusion à la pénurie du dollar nécessaire à l’achat de fournitures médicales, alors que la Banque du Liban (BDL) avait pourtant publié en septembre dernier, la circulaire 530 garantissant la mise à disposition de fonds en devises étrangères pour les achats de blé, d’hydrocarbures et également de médicaments.

Jamil Jabak a reconnu qu’il semblerait qu’en dépit de cet engagement, les devises étrangères pourtant promises manquent toujours à l’appel. Le Ministre de la Santé a estimé qu'”il n’y a pas d’austérité dans les secteurs médical et hospitalier. Ce secteur est menacé et nous demandons au gouverneur de la Banque du Liban de s’attaquer rapidement à ce problème.” 

Il a, par conséquent, appelé la Banque centrale du Liban à accepter de transférer 50% des sommes en dollar nécessaires à l’achat de fournitures médicales au taux officiel, 50% restant devant être fournis par les entreprises, et au final, par les hôpitaux qui ne pourront augmenter leurs prix de prise en charge des patients.

Pour rappel, face à la détérioration de la situation des établissements bancaires, l’Association des Banques du Liban a décidé, il y a 2 semaines, d’instaurer une limite de retrait à maximum 1 000 USD par semaine et à interdire les transferts à l’étranger sauf cas d’urgence.

Durant l’été, à de nombreuses reprises, des secteurs économiques dans leur ensemble ont dénoncé l’absence de dollars vendus par les banques au taux officiel de 1 511.5 LL/USD. Ils devaient alors recourir aux services de changeurs à des taux bien supérieurs. Le taux de change officieux dépasserait aujourd’hui 2 000 LL/USD.

Plusieurs grèves générales des stations essence ou encore des boulangeries ont ainsi été organisées durant cette période. Le secteur médical n’est pas épargné puisqu’une première grève d’avertissement a eu lieu le 15 novembre dernier pour ces mêmes raisons. Les Hôpitaux rappellent également que l’état leur doit la somme de 1.3 milliards de dollars d’arriérés.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité marche uniquement sur un ordinateur.

Cet article est disponible en Français

Répondre

Entrer votre commentaire
Votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.