Le dirigeant du Hezbollah a abordé la question de l’épidémie du coronavirus COVID-19 dans une allocution diffusée à la télévision.

Décrivant l’épidémie comme une bataille d’ampleur d’une guerre mondiale, Sayyed Hassan Nasrallah a indiqué que des recherches seraient en court pour trouver un remède contre ce virus, qu’il a décrit comme une menace mondiale. Il a également abordé ce qu’il décrit comme la panique qu’a pris cette maladie au Liban.

Hassan Nasrallah a indiqué que la vie de la population reste une priorité et que l’année académique ou encore les problèmes économiques peuvent être compensées.

Toutes personnes et toutes les autorités doivent prendre leurs responsabilités. (…) Jusqu’à ce que le monde découvre un remède à cette pandémie, l’objectif doit être de limiter la propagation du virus ainsi que les pertes humaines.

L’expérience chinoise indique que l’épidémie peut être contenue, souligne le dirigeant du mouvement chiite, qui poursuit en estimant que cet objectif est réaliste et réalisable mais nécessite une décision, une volonté, de la patience et un suivi précis.

Dans cette phase, il s’agit, selon Hassan Nasrallah, l’État, le peuple et les institutions doivent coopérer loin de tout règlement de compte d’ordre politiques.

Il s’agirait même d’un devoir religieux que d’obéir aux instructions des autorités sanitaires et que toute personne montrant des symptômes doivent se déclarer.

Il n’y a aucun problème à ce que les critiques expriment leurs opinions, mais nous devons éviter les divisions et j’espère que vous ne ferez pas de discrimination régionale, raciale ou confessionnelle à l’égard de ce virus. Nous sommes devant une bataille humanitaire par excellence.

Abordant la question politique, Sayyed Hassan Nasrallah a démenti toutes les allégations de dissimulation par le ministère. Les accusations à l’encontre Hezbollah sont sans fondement et de simples mensonges, estime-t-il. Les propos du président américain sont des mensonges alors que les autorités iraniennes ont été transparentes concernant le coronavirus, a indiqué le dirigeant du mouvement chiite.

Il a appelé la population à obéir aux instructions du gouvernement, à rester chez soi, à s’isoler et ne pas se rendre aux mosquées et aux églises.

Hassan Nasrallah a appelé les établissements bancaires – qui ont fait beaucoup de profits – à assumer leurs responsabilités dans la crise sanitaire en permettant l’achat d’équipements médicaux et de médicaments.

Vous êtes la première partie qui doit offrir son aide au gouvernement, au secteur de la santé et à la solidarité sociale, afin que le peuple et le pays puissent triompher.
(…)
Le choix n’est pas de se rendre, mais de résister, d’affronter la maladie de front et de prendre des responsabilités. L’ensemble du gouvernement ainsi que le pouvoir judiciaire, le Parlement, l’armée, les forces de sécurité, les municipalités doivent être responsables. Le peuple libanais doivent être mis face également une grande responsabilité, tout comme les réfugiés et les déplacés face à l’épidémie.

Sur la mobilisation du Hezbollah face à la crise, il a indiqué avoir mis toutes les capacités, cadres de santé, personnel et institutions du mouvement chiite à la disposition du gouvernement, “et c’est à lui de déclarer l’état d’urgence”.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.