Le Canada a mis en garde ses ressortissants, désirant se rendre au Liban les appelant à éviter les voyages non essentiels et à éviter plusieurs régions libanaises en raison d’une situation sécuritaire imprévisible et des risques d’une attaque terroriste.

Selon le site gouvernemental canadien, il s’agirait d’éviter la banlieue sud de Beyrouth, en raison du risque d’attentats terroristes et plus spécifiquement:

  • le secteur qui s’étend du sud du stade Cité sportive Camille-Chamoun jusqu’aux abords de l’aéroport;
  • les secteurs situés à l’est et à l’ouest de l’autoroute principale menant à l’aéroport (c’est‑à‑dire les quartiers de Bir Hassan, Bourj al Barajneh, Chiyah, Dahieh, Ghobeiry, Haret Hraik, Laylaki, Mraije, Rouais et Tareq el Jdideh), sauf l’autoroute principale menant à l’aéroport et l’aéroport lui-même.

Parmi le zones également concernées, le Nord du Liban, en raison du risque de violence sporadique et du caractère imprévisible des conditions de sécurité:

  • le gouvernorat du Nord (à partir de la limite sud de la ville de Tripoli, vers le nord jusqu’à la frontière syrienne, y compris le district du Akkar);
  • le district de Miniyeh-Danniyeh.

Autre zone a éviter: les régions limitrophes de la Syrie et du nord de la plaine de la Bekaa, en raison de la présence de mines et de munitions non explosées ainsi que d’incidents liés au conflit en Syrie:

  • la zone située dans un rayon de 10 km de la frontière syrienne;
  • le nord de la plaine de la Bekaa, à partir de Rayak vers le nord jusqu’à la frontière syrienne (y compris Aarsal, Baalbek, Brital, Hermel, Labweh, Qaa et Ras Baalbek)

Par ailleurs, le site gouvernemental rappelle les avertissements devenus traditionnels concernant les camps de réfugiés palestiniens et dans les zones environnantes, en raison du caractère imprévisible des conditions de sécurité et les zones situées au Sud du fleuve Litani, près de la frontière libano-israélienne, en raison de l’activité militaire. Cet avertissement ne vise toutefois pas les sites historiques et touristiques de la ville de Tyr ni l’autoroute côtière principale reliant le fleuve Litani et cette ville.