Pas de vacances de tout repos en Suisse pour Fouad Saniora.

298

En vacance en Suisse, l’ancien premier ministre Fouad Saniora est à l’origine d’une polémique avec des appels de ressortissants libanais à le faire expulser de son hôtel, La Barcacolle, situé à Prangins, à proximité immédiate de Nyon, en Suisse Romande, et sa vue imprenable sur le Lac Léman et les Alpes. Des vacances pas du tout reposantes désormais pour lui.

Depuis son arrivée en Suisse, l’ancien premier ministre fait l’objet de nombreuses publications sur les réseaux sociaux où on le voit faire du shopping alors que la population libanaise fait face à une crise économique sans précédente dans son histoire avec une dégradation de la parité de la livre libanaise face au dollar de plus de 90% en moins de 2 ans. Ainsi, le salaire médian s’établit désormais à moins de 100 USD par mois contre 1500 USD, 2 ans auparavant et plus de 75% de la population active pourrait se trouver vivant sous le seuil de pauvreté désormais, soit avec moins de 6 USD par jour. Désormais, après la crise financière qui a induit une pénurie de devises étrangères indispensables pour répondre à la demande intérieure et aux importations, des pénuries de carburants et de médicaments se font désormais au grand jour. Ces pénuries ne concernent cependant pas les responsables politiques, accusent les activistes présents au Liban qui dénoncent toujours la corruption et l’incompétence par rapport à une situation pourtant prévisible depuis de nombreuses années.

Il ne s’agit pas de la première fois que Fouad Saniora fait l’objet d’un “political bashing”. Il avait déjà été amené à se retirer d’un concert de l’AUB en 2019 après avoir été conspué plus de 55 minutes par une partie de l’audience.

Pour rappel, accusé de corruption et dont le nom figure sur plusieurs dossiers de vols, est une des figures les plus désapprouvées de la scène politique. Il avait été ainsi accusé d’avoir dépensé de manière incontrôlée plus de 11 milliards de dollars entre 2005 et 2009 lors qu’il était premier ministre mais également d’être à l’origine de l’importante dette publique contractée lors des années Rafic Hariri durant lesquelles il était secrétaire d’état aux finances puis ministre des finances.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

Cette publication est également disponible en : English العربية Deutsch Italiano Español Հայերեն