Une délégation de la Ligue Arabe conduite par son sous-secrétaire général Houssam Zaki se rendra ce lundi à Beyrouth pour tenter de conduire une médiation entre Pays de la péninsule arabique et le Liban.

Pour rappel, l’Arabie Saoudite, puis les Emirats Arabes Unis, Bahreïn et le Koweït ont renvoyé leurs ambassadeurs du Liban respectifs et rappelé le leur présent au pays des cèdres suite à la diffusion des propos du ministre de l’information Georges Cordahi, prononcés avant la nomination du gouvernement et estimant que ces pays conduisent un conflit d’agression à l’encontre du Yémezn.

Cette information intervient alors que le ministre de l’information Georges Cordahi, proche du mouvement Marada, soutenu par le Hezbollah et le mouvement Amal, refuse de démissionner du gouvernement en dépit de l’appel du premier ministre Najib Mikati. Certains estiment que le premier ministre pourrait être amené même à démissionner, une chose que souhaite écarter la France. Paris est intervenue auprès de l’Arabie Saoudite et d’autres états afin de tempérer – sans succès – leurs positions hostiles au Liban.

En effet, outre les rappels des ambassadeurs, certains états dont le royaume saoudien, ont décidé d’interdire l’importation de biens et de marchandises libanaises, provoquant une vive inquiétude quant à la situation économique locale, déjà fortement impactée par la crise.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.