Les chrétiens d’Orient entre marteau et enclume

La démission surprise du Premier ministre libanais Saad Hariri,  samedi 4 novembre, plonge  le Liban et la région du Moyen Orient dans l’incertitude. Elle s’inscrit dans la tension très vive entre les deux géants régionaux : l’Arabie saoudite et l’Iran. Pris entre le marteau et l’enclume, Les chrétiens du Liban et par ricochet les chrétiens d’Orient risquent de payer le prix  d’un éventuel conflit armé entre ces deux États.

C’est ce qui expliquerait la création récente de certains groupes de pression aux États-Unis qui se réunissent pour assurer la défense des chrétiens d’Orient. Je me demande quels sont les moyens retenus par ces dons Quichottes pour « protéger» les chrétiens. Ces réunions ne m’inspirent aucune confiance pour la simple raison que les occidentaux n’ont rien fait jusqu’à présent pour passer du bla-bla-bla aux actes. Je vais rappeler certains faits historiques qui corroborent ma méfiance.

En 1975, le Secrétaire d’État Kissinger avait proposé au Président libanais de l’époque feu Sleiman Frangieh d’embarquer les chrétiens du Liban puis de les répartir entre les États-Unis et le Canada. Sans le refus net et clair des leaders chrétiens de l’époque, les chrétiens libanais auraient été exilés depuis 1975. Est-ce ainsi qu’on pensait prendre la défense des chrétiens d’Orient?

En 1982, l’USS New Jersey (BB-62),  le deuxième bâtiment de guerre de la Marine des États-Unis, était supposé protéger les chrétiens du Liban. Il se retire des eaux territoriales du Liban après deux attentats-suicides quasi simultanés qui avaient frappé les contingents américain et français de la Force multinationale de sécurité à Beyrouth,  le 23 octobre 1983, durant la guerre du Liban. Le premier attentat avait tué 241 soldats américains, le second 58 parachutistes français ainsi que la famille libanaise du gardien d’immeuble. Deuxième échec cuisant des occidentaux dans la défense des chrétiens d’Orient.

Israël n’a pas réussi non plus à assurer la défense des chrétiens d’Orient. Cet ennemi des chrétiens a voulu se servir de ces derniers pour créer au Liban le foyer des chrétiens d’Orient pour justifier la création du foyer juif en Palestine. Le refus du Président élu Cheikh Bachir de faire leur jeu a entraîné son assassinat facilité par leur refus d’assurer la protection de ce leader qui a mis en déroute leur projet infernal. Pour se venger de la défection de Cheikh Bachir, les sionistes ont tout fait pour mettre en échec le mandat du Président Cheikh Amine Gemayel, frère du Président assassiné Cheikh Bachir.

Suite aux attentats du 11 septembre les Etats-Unis ont voulu remodeler le Moyen Orient pour y installer des démocraties à la place des dictatures qui y faisaient la loi et qui assuraient pourtant les intérêts des occidentaux qui coïncidaient avec les intérêts de ces dictateurs. Vivant sous le régime des dictateurs, les chrétiens d’Orient n’avaient aucun problème de sécurité. Ils n’avaient pas les mêmes droits que les musulmans mais ils vivaient en paix dans leurs pays. Ce qui n’est plus le cas de nos jours. La volonté d’installer la démocratie a entraîné l’anarchie, l’exil et le déplacement des chrétiens d’Orient vers des endroits plus accueillants. Est-ce ainsi qu’on prend la défense des chrétiens d’Orient?

L’intervention de la Russie en Syrie pour protéger avant tout ses intérêts a été présentée par certains qu’elle voulait protéger les minorités alaouites, chiites et chrétiennes contre la majorité sunnite. Pour ce faire, elle n’a pas hésité à coordonner son intervention avec Israël, La Turquie, l’Iran et aussi avec les Etats-Unis. Je me demande comment certains peuvent prétendre que la Russie travaille pour la défense des chrétiens d’Orient. Les orthodoxes libanais ont très bien compris le jeu. Ils ont désapprouvé l’idée défendue  par certains que l’intervention de la Russie était dans l’intérêt des chrétiens d’Orient.

J’invite  l’ l’Arabie saoudite et l’Iran à ne pas faire le jeu des grandes puissances qui rêvent de mettre la main sur les richesses de notre région. Peu leur importent les intérêts des peuples de la région. Elles sont capables de mettre à feu et à sang tout le Moyen Orient  pour arriver à leurs fins. Les populations de la région vont en payer le prix fort. Quel est le prix que vont payer les chrétiens d’Orient? La doctrine Kissinger serait-elle remise sur les rails ? Les chrétiens vont-ils devoir quitter cette région pour aller vivre au Canada, aux États-Unis ou ailleurs ? Ou bien seraient-ils cantonnés dans une parcelle de ce Moyen Orient qui va être remodelé à la guise des grandes puissances ?

Les chrétiens d’Orient et les musulmans de tous bords sont en danger de misères et de morts. Personne ne sortira vainqueur d’une éventuelle guerre. Elle fera l’affaire des Occidentaux et des Russes qui ont tout à gagner et rien à perdre. Au lieu de chercher à assurer seulement la défense des chrétiens d’Orient, j’invite tous les acteurs de cette crise dans laquelle nous sommes plongés à avoir à cœur le sort des musulmans de tous bords au nom de ce qu’il y a d’humain en chaque être.

The following two tabs change content below.

Samy Chaiban

Professeur de langue et de littérature françaises à la retraite, je compose des poèmes, j'écris des articles de toutes sortes pour donner mon opinion sur divers sujets d'actualité.

Derniers articles parSamy Chaiban (voir tous)

  • adam harishon

    « Israël n’a pas réussi non plus à assurer la défense des chrétiens
    d’Orient. Cet ennemi des chrétiens a voulu se servir de ces derniers
    pour créer au Liban le foyer des chrétiens d’Orient pour justifier la
    création du foyer juif en Palestine. Le refus du Président élu Cheikh
    Bachir de faire leur jeu a entraîné son assassinat facilité par leur
    refus d’assurer la protection de ce leader qui a mis en déroute leur
    projet infernal. Pour se venger de la défection de Cheikh Bachir, les
    sionistes ont tout fait pour mettre en échec le mandat du Président
    Cheikh Amine Gemayel, frère du Président assassiné Cheikh Bachir. »

    Hélas, comme trop souvent, voilà un texte imbibé de l’antisémitisme classique des églises d’Orient.
    L’auteur reproche à la fois à Israël (aux juifs) de n’avoir pas assuré la défense des chrétiens d’Orient et le qualifie en même temps « d’ennemi » des chrétiens d’Orient…sans se demander pourquoi il reproche à celui qu’il considère comme son ennemi ne le défend pas!
    Le vocabulaire lui même: « infernal, refus, venger » reprend toute la thématique de l’antisémitisme chrétien.
    Et évidemment aucune preuve tangible et pertinente n’est avancée pour prouver les allégations fantaisistes de l’auteur.
    Les chrétiens d’Orient sont les seuls responsables de leur malheur. Ils ont choisi