La troisième édition du Festival international de musique de Tyr, au Théâtre national libanais à Tyr du 27 au 30 avril dans la ville du Sud-Liban, est dédiée au grand artiste Melhem Barakat.

L’Association des arts Tiro et le Théâtre d’Istanbouli annonceront la troisième version du Festival international de musique en coopération avec le ministère de la Culture, le ministère du Tourisme et la municipalité de Tyre.

Le programme du festival inclut la participation de l’artiste Wa’ad Barakat et de son groupe, le poète Nizar Francis. Outre une exposition de photographies et de dessins intitulée « Abu Majd » et un carnaval de rue animé par le groupe de jeunes Alissar et les équipes de la FINUL ( Italien, coréen, ghanéen et indonésien) opérant dans le sud du Liban. Un court métrage du réalisateur libanais Nabil Lebbos intitulé « Le musicien » sera projeté.

Les participants du deuxième jour seront l’artiste Mohammed Rizkallah et Ashraf Saleh de Libye, ainsi que les artistes Hanaa Charanek et Zeina Skaiki, Youssef Al-Fahal, Yehia Dada et Mahmoud Chahine du Liban.

Le troisième jour, le groupe palestinien « Hanin », la chorale Al-Jaafariya et l’école secondaire Alma Al-Shaab participeront avec les artistes George Majdalani et Ahmed Dhaini, ainsi que les éclaireurs de l’éducation nationale.

Le quatrième jour du festival, les films de Melhem Barakat « Mammourah », produits en 1985, écrits par Karim Abu Shaqra et réalisés par Weam Al Said et « Mon amour qui ne meurt jamais » ont été produits en 1984 par Youssef Sharaf AlDien sera également projeté.

Le festival rendra hommage au musicien Melhem Barakat après les célébrations de Wadih Al Safi et Sabah en 2015 et de Fairuz en 2016. Et les activités du festival seront gratuites pour le public.

Tiro Association for Arts, fondée par l’acteur et réalisateur Kassem Istanbouli, a pour objectif de restaurer la vie artistique et d’activer le mouvement culturel dans les zones marginalisées. Son travail consiste à ouvrir des centres culturels indépendants et à mettre en place des ateliers de musique, de théâtre, de cinéma et de formation par le biais de plates-formes culturelles, telles que la réouverture du cinéma Al Hamra à Tyr. Après 30 ans de fermeture, Cinema Stars à Nabatieh après 27 ans. le cinéma Rivoli après 29 ans, le transformant en théâtre national libanais en tant que premier théâtre et cinéma gratuits au Liban et en tant que plate-forme culturelle libre-indépendante pour tous. Outre la création du Festival international du théâtre libanais, du Festival international du film libanais pour les courts métrages, du Festival international de musique de Tyr, de Watch Lebanon au cinéma mobile et du Festival du théâtre libanais pour le monodrame féminin pour les versions consécutives.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée .

Un commentaire?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.