S’exprimant à l’ouverture du comité interministériel en charge du dossier de la lutte contre le coronavirus COVID19, le premier ministre sortant Hassan Diab a estimé que tous les indicateurs actuels suggèrent que le Liban est entré dans une phase dangereuse. Cette phase, a-t-il estimé, pourrait être qu’à ses débuts.

Hassan Diab a également dénoncé les personnes qui estiment au Liban que le virus n’est qu’un mensonge, allusion à certains individus qui ne respectent pas les mesures de confinement précédemment décrétées et qui pourraient être renforcées ces prochains jours, avec y compris la fermeture des magasins alimentaires.

Notre devoir est de protéger les libanais d’eux même, estime le premier ministre sortant en raison du manque de sérieux d’une partie d’entre eux. Il s’agit de régler la situation avec un confinement strict, complet et ferme ou de faire face à une situation plus dangereuse que celle qui s’est déroulée en Italie.

Parmi les mesures évoquées, la fermeture générale y compris des magasins alimentaires et des supermarchés pour une semaine, la fin des mesures d’exemption avec une controverse concernant un possible permis de circulation accordé aux journalistes ou encore la fermeture de l’aéroport international de Beyrouth.

Les forces de sécurité intérieure sont actuellement débordées par le manque de discipline d’une partie de la population toujours inconsciente des dangers alors que l’épidémie continue à s’étendre au Liban avec le seuil des 5000 cas quotidiens dépassés durant plusieurs jours cette semaine. 

Certains appellent jusqu’à la désobéissance civile notamment dans des vidéos circulant sur les réseaux sociaux, au grand damne des praticiens hospitaliers dont les services arrivent aujourd’hui à saturation. 

Pour l’heure, 559 personnes seraient actuellement placés en soin intensif dont 165 sous respirateurs artificiels indique le ministère de la santé alors que certains hôpitaux sont désormais obligés de soigner des patients dans leurs voitures, faute de place disponible au sein de leurs différents services. Il s’agirait notamment du cas de l’hôpital gouvernemental de Bouar.

Au total, 219 296 ont été contaminées depuis le 21 février 2020, date de la découverte d’un premier cas au Liban, après avoir passé celui des 200 000 cas le jeudi 7 janvier.

Le nombre total des personnes touchées par le virus atteint le chiffre de 215 733 cas locaux et de 3 563 cas en provenance de l’étranger. 
75 451 sont actuellement actifs et 142 239 sont guéries

Le nombre total de personnes décédées est de 1 606 depuis l’apparition de la maladie au Liban, le 21 février 2020.

Le taux de positivité est en hausse à 15.8 %.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.