Dans un communiqué publié à l’issue d’une réunion entre le Président de la République et des responsables de la Banque Mondiale, l’institution financière internationale souligne l’urgence absolue de faire cesser la crise économique qui touche le Liban, estimant que 50% de la population libanaise pourrait se retrouver à vivre sous le seuil de pauvreté.

Selon le directeur régional de la BM, Saroj Kumar Jha, alors que l’institution tablait sur une récession relative de 0.2% en 2019, elle devrait être désormais plus significative en raison des pressions financières et économiques. Ainsi, les classes pauvres comme les classes moyennes peuvent être touchées de manière disproportionnée, et c’est là que le nouveau gouvernement devrait intervenir rapidement pour protéger ces personnes contre les effets négatifs des ajustements, souligne la Banque Mondiale.

Les dernières données publiées en 2018, estimaient qu’un tiers de la population vivait déjà sous le seuil de pauvreté, principalement dans le nord du Liban et dans la Békaa. Les analystes de la BM estiment que la situation pourrait encore s’aggraver si aucune solution n’est immédiatement trouvée face à ce problème.

Cette déclaration intervient alors qu’un rapport publié par Global Credit Suisse indique que la fortune nette des libanais a augmenté, s’établissant désormais à 232.2 milliards de dollars, en raison des différentiels entre les classes socio-économiques libanaises, alors qu’un nombre estimé de 1.5 millions de libanais vivent avec seulement 6 000 LL, soit 4 dollars, par jour.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

Cette publication est également disponible en : English العربية Deutsch Italiano Español Հայերեն

Libnanews est un site d'informations en français sur le Liban né d'une initiative citoyenne et présent sur la toile depuis 2006. Notre site est un média citoyen basé à l’étranger, et formé uniquement de jeunes bénévoles de divers horizons politiques, œuvrant ensemble pour la promotion d’une information factuelle neutre, refusant tout financement d’un parti quelconque, pour préserver sa crédibilité dans le secteur de l’information.