Dans le centre d’éducation  non formelle Tahaddi, les enfants préparent la fête de Noël et de fin d’année sur les toits, aménagés en aire de recréation. Ils défilent un par un en disant de courtes phrases qui disent tout: « nous voulons vivre en paix, nous sommes tous égaux, nous avons  droit à une enfance, à une identité, à l’éducation…nous vous souhaitons une bonne année 2019».

Des éducatrices bienveillantes et patientes veillent sur leur tenue sur scène et sur leur élocution ; elles ne sont pas forcément complaisantes. Garçons et filles sont mélangés, syriens, libanais et Doms –  des Libanais d’origine gitane– chantent ensemble, jouent ensemble, étudient ensemble.  Parce que c’est dans l’enfance que tout commence, Catherine Mourtada, la co-fondatrice de Tahaddi et son équipe, ont choisi depuis dix ans de semer des graines d’éducation dans ces enfants qui auraient été autrement, les laissés pour compte d’une conjoncture et d’un système. Au lendemain de la guerre, Catherine Mourtada, suissesse, de père syrien, vient enseigner le français, à Notre Dame de la Paix à Dora mais  découvre aussi la misère du quartier de Hay el Gharbé, où résident de nombreux  Doms  – des gitans, naturalisés pour beaucoup d’entre eux dans les années 1992-1994 – et Libanais  à quelques mètres du rond-point de Cola et de la Cité Sportive. Avec une amie française médecin, le Dr. Agnès Sanders, elles arpentent les ruelles du quartier et prodiguent des soins de base à ceux qui en ont besoin.

Lire la suite dans

Article paru dans Magazine, le Mensuel, avec l’aimable autorisation de son auteur

Article précédentLe Liban touché par une nouvelle tempête
Article suivantLa nouvelle ministre de l’intérieur Raya el Hassan détaille sa politique
Avatar
Consultante et journaliste, avec une prédilection pour l’économie créative et digitale, l’entrepreneuriat social, le développement durable, l’innovation scientifique et écologique, l’édition, les medias et la communication, le patrimoine, l’art et la culture. Economiste de formation, IEP Paris ; anciennement banquière d’affaires (fusions et acquisitions, Paris, Beyrouth), son activité de consulting est surtout orientée à faire le lien entre l’idée et sa réalisation, le créatif et le socio-économique; l’Est et l’Ouest. Animée par l’humain, la curiosité du monde. Habitée par l’écriture, la littérature, la créativité et la nature. Le Liban, tout ce qui y brasse et inspire, irrigue ses écrits. Ses rubriques de Bloggeur dans l’Agenda Culturel et dans Mondoblog-RFI ainsi que ses contributions dans différentes publications - l’Orient le Jour, l’Officiel Levant, l’Orient Littéraire, Papers of Dialogue, World Environment, etc - et ses textes plus littéraires et intimistes disent le pays sous une forme ou une autre. Son texte La Vierge Noire de Montserrat a été primé au concours de nouvelles du Forum Femmes Méditerranée.