7 minutes à lire

S’exprimant à l’ouverture du conseil des ministres, le Premier Ministre Hassan Diab a accusé certains partis locaux et étrangers de souhaiter impliquer le Liban dans des conflits régionaux. Il s’en est également pris aux activités de certains ambassadeurs qui s’ingèrent dans les affaires domestiques locales.

Hassan Diab a ainsi noté que “pour la sauvegarde de relations amicales, les autorités libanaises ont longtemps gardé le silence sur les activités diplomatiques qui violent les normes internationales. Cette attitude dépasse le cadre des relations diplomatiques et fraternelles, note le locataire du Grand Sérail, allusion aux propos tenus par l’Ambassadrice des Etats-Unis au Liban Dorothy Shea.

Il s’en est également pris à des personnes – indirectement l’Association des Banques du Liban et la Banque du Liban – qui spéculent contre la livre libanaise, estimant qu’ils demandent des réformes mais qu’ils protègent les personnes corrompues et empêchent l’accès aux dossiers liés aux détournements de fonds, alors que le gouverneur de la Banque du Liban Riad Salamé et le président de l’Association des Banques du Liban Salim Sfeir étaient présents.

Le discours du premier ministre

Lorsque nous avons formé le gouvernement, nous savions que nous serons confronté à des défis. Nous savions que nous ferions face à des accumulations importantes de crises.
Nous n’avions pas peur de nous battre dans cette bataille pour sauver le pays.

Et nous savions aussi que les sacrifices seraient grands et que nous perdrions beaucoup.
Bien sûr, chacun de nous a sa propre échelle de pertes.

Cependant, nous n’avons pas hésité, et nous étions convaincus que nous menons une mission de sauvetage nationale pour le pays, les gens et l’avenir de nos enfants.

Dès le début, nous avons dit que nous nous éloignerions de la politique.

Nous n’avons aucune ambition politique.

Nous n’avons pas de désirs électoraux.

Nous nous sommes mis à la tâche.

D’atelier en atelier, de crise en crise, une longue série de problèmes accumulés au fil des décennies, a explosé, face à nous en une seule fois avec d’autres crises émergentes.


Cependant, nous avons dit que nous terminerions la route. Nous allons relever ces défis et essayer de réduire les incidents, l’ampleur du choc et des dégâts qui vont frapper le pays.

Aujourd’hui, nous sommes dans un moment de collision.

Malheureusement, au cours des dernières semaines, et même aujourd’hui, a des parties locales et externes travaillent jusqu’à ce que la collision retentisse.

Le résultat est un crash majeur et des pertes énormes.

Malheureusement, il y a des parties à l’intérieur qui ne se soucient pas de l’avenir du pays. Ils n’obéissent qu’à des intérêts personnels sur la base de gains politiques et sectaires.

Ces parties sont soit des outils externes pour amener le Liban au sein conflits régionaux et en faire une carte en vue de négocier, soit elles attirent des intérêts étrangers et les encouragent à s’emparer du pays pour négocier à la table d’intérêts internationaux et régionaux.

Tout cela soulève une série d’interrogations:
sommes-nous incapables de relever les défis?
Avons-nous perdu la confrontation?
Le rôle du gouvernement a-t-il pris fin?

Pour moi, le tableau est clair et les réponses sont claires.

Il y a une question fondamentale pour chacun de vous: est-ce que quelqu’un – un ministre – pensait que son entrée au gouvernement signifiait le Prestige, et qu’il ne s’attendait pas à être confronté à des défis difficiles?

Bien sûr, je suis sûr que chacun de vous savait ce qui nous attendait. 

Nous avons choisi de faire face aux défis. Nous continuerons à les relever.

Nous savons très bien qu’il y a une grande décision d’assiéger le pays. Ils empêchent toute aide du Liban. Un blocus politico-financier pour affamer les Libanais, et en même temps, ils prétendent vouloir aider le peuple libanais.

Ils exigent que nous réformions, et en retour ils accordent une protection à la corruption. Ils offrent une immunité aux personnes corrompues et nous empêchent d’obtenir des fichiers financiers pour récupérer l’argent volé.

Ils jouent le jeu de l’augmentation du prix du dollar américain, en spéculant sur la livre libanaise et en essayant de perturber les mesures du gouvernement pour lutter contre la hausse du prix du dollar.

Leur jeu en faveur du dollar est devenu de plus en plus exposé.

Ils exigent des mesures financières, font transférer de l’argent à l’étranger et empêchent les transferts vers le pays.

Ils bloquent l’ouverture de crédits pour le carburant, le carburant, les médicaments et la farine, pour couper l’électricité aux Libanais, les affamer et les laisser mourir sans médicaments.

En plus, ils parlent de leur préoccupation pour le Liban et de l’assistance du peuple libanais.

Nous avons beaucoup gardé le silence sur les pratiques diplomatiques dans lesquelles il y a des violations majeures des normes internationales et de la diplomatie, dans l’intérêt de la fraternité, de l’appartenance, de l’identité et des amitiés.

Ce comportement a dépassé tout ce qui est familier avec les relations fraternelles ou diplomatiques.

Plus important encore, certaines pratiques d’ingérence dans les affaires du Liban sont devenues flagrantes.

Des réunions ont eu lieu. Messages d’encre confidentiels et publics, secrets, messages de code, messages WhatsApp, plans, ordres de bloquer les routes et de fabriquer des problèmes sont échangées.

Comment le gouvernement gère-t-il ces plans et projets?

Sont-ils au rendez-vous?

Annoncez-vous leur échec?

S’enfuient-ils pour se soulager de ce fardeau?

Laissez-vous la scène vide?

Voici le plus grand défi auquel nous sommes confrontés aujourd’hui en tant que gouvernement.

La réponse ne sera pas apportée aujourd’hui, mais il y aura certainement une réponse claire, franche, transparente et définie.

Nous ne recourrons à aucune réaction émotionnelle.

Nous sommes la mère de l’enfant.

Ce pays est notre pays. Ce peuple est notre peuple. Les gens sont notre peuple.

Nous aimons la fraternité et l’amitié.

Mais nous avons certainement de nombreuses options et de nombreux papiers sur lesquels nous écrivons nos lettres et sans code.

Nos lettres sont écrites à l’encre claire et dans un langage clair et simple.

Nous n’accepterons pas que le pays et le peuple libanais soient une boîte aux lettres interne pour les intérêts extérieurs, les négociations et le règlement des comptes.

Nous n’accepterons pas d’assiéger et d’affamer les Libanais. Quant à couper les routes, ce ne sont pas nécessairement les affamés qui coupent les routes. La coupure des routes est contre le peuple, pas contre le gouvernement. 

Couper les routes augmente la pression sur les gens et augmente leur torture. Brûler des pneus ne brûlera pas le gouvernement, Il brûle plutôt l’oxygène restant dans le pays. Il a bloqué les routes avec un politicien par excellence, qui est une décision rendue par une salle d’opérations ouverte.

La situation est très difficile. Oui. La crise sociale, de vie et économique est très grande.. 

Par conséquent, le gouvernement s’efforce de rompre le lien entre le prix en dollars et le coût de la vie. Nous sommes dans la dernière étape de l’accomplissement de cette tâche.

le gouvernement n’est pas au point mort, et les barrages routiers ne l’empêcheront pas de garantir l’essentiel de la vie des Libanais.

Nous continuons à verser une aide financière aux familles chaque mois. Nous augmentons progressivement le nombre de familles bénéficiaires. Nous poursuivons le plan de soutien à l’industrie, à l’agriculture, aux écoles publiques et privées. 

Ainsi, nous avons réduit la facture du panier alimentaire et des biens de consommation, en outre, d’autres charges pesant sur les citoyens, dans tous les domaines.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité marche uniquement sur un ordinateur. Ceci n’est pas un espace pour les commentaires. Les commentaires sont disponibles plus bas.