2 minutes à lire

Le Ministre de la santé a estimé que le Liban était au bord d’une étape critique face au coronavirus COVID19 en raison des fortes hausses du nombre de cas la semaine dernière, depuis la levée des restrictions mises en place dès mars et la réouverture de l’aéroport international de Beyrouth.

Le ministre Hamad Hassan s’exprimait lors d’une interview menée par The Associated Press. Selon lui, les nouvelles infections sont couplées à des cas non traçables qui augmentent les risques de voir le virus s’étendre au sein de la population.

Le danger d’une extension de la maladie est possible parce que le pays s’est ouvert. Il a estimé que 20% des nouvelles contaminations ne sont pas traçables à l’heure actuelle. Ainsi les nouveaux clusters présents sur le territoire libanais ne sont pas identifiables, amenant le Liban au bord du stade 4 de la maladie.

La crise économique que traverse le Liban a également obligé à l’assouplissement des mesures de contention face à la maladie. Pour l’heure, les autorités publiques ne semblent pas décider de remettre en place des mesures pour contenir l’épidémie. Il s’agit également de permettre à la population de subvenir à leurs besoins.

Le Liban compte actuellement plus de 2941 cas selon le dernier bilan dont 150 personnes appartenant au système de santé et 41 décès, dont celui d’un médecin hier.

Concernant les hôpitaux, la crise financière menace les hôpitaux tant publics que privés qui menacent de fermer leurs portes. Le gouvernement tenterait actuellement de mettre en place un filet de sauvetage financier pour ces derniers.

Le ministre a indiqué qu’un prêt de la Banque Mondiale pourrait ainsi financer l’équipement et la préparation des hôpitaux publics face à la crise avant d’appeler toutes les parties prenantes à la coopération face à la crise actuelle.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité ne marche que sur un ordinateur et non sur les mobiles ou tablettes. Par ailleurs, il ne s’agit pas d’un espace pour les commentaires.

Cet article est disponible en Français