Ce mardi, les ministres de l’énergie César Abi Khalil et de l’économie, Raed Khoury, ont indiqué avoir finalisé le système permettant de fixer les prix des abonnements aux générateurs de quartier, relançant ainsi, le bras de fer avec les propriétaires de ce dernier.

L’annonce a été effectuée par le ministre de l’énergie et des ressources hydrauliques César Abi Khalil, qui a ainsi précisé au cours d’une conférence télévisuelle que la fourchette de prix était précédemment expérimental.
La mise à jour de ce système prendrait en considération différentes variables dont les heures de rationnement, le prix du mazout, et certaines habitudes des consommateurs qui peuvent varier selon les zones géographiques.

Cette nouvelle grille tarifaire vise, selon le ministre, à permettre aux consommateurs de faire des économies, via de nouvelles mesures qui ont pu être affinées selon la zone géographique tout en étant plus justes pour les propriétaires des générateurs.
En effet, la consommation de fioul dépend de l’emplacement et ne serait pas identique qu’on soit au littoral ou à la montagne.

Il revient cependant au ministère l’économie et à celui de l’intérieur d’obliger les propriétaires de générateur de quartier à respecter les nouvelles régulations en la matière entrées en vigueur en octobre 2018.

Pour rappel, les autorités publiques avaient déjà augmenté les prix établis pour l’électricité fournie par le générateur de quartier. En décembre, le ministère de l’économie avait ainsi indiqué que les prix des abonnements étaient fixé à 350 livres libanaises par kilowatt soit 0,24 cents, à comparer au prix de l’électricité fourni par l’électricité du Liban qui s’était élevé à 0,09 cents le kilowatts.

Cela n’avait pas empêché les propriétaires des générateurs de quartier de poursuivre leurs protestations contre le décret du Ministre de l’Économie, Raed Khoury, indiquant quand que les prix établis ne suffisent pas à couvrir les coûts de fonctionnement des générateurs et de générer des profits.

Alors que les propriétaires de générateurs d’entamer même un mouvement de grève, refusant de fournir électricité à leurs clients pour protester contre l’obligation qui leur est faite d’installer des compteurs d’électricité, le ministère de l’économie alors saisi une dizaine de générateurs. Il a également accuser certaines municipalités de comploter avec les propriétaires des générateurs contre l’intérêt des consommateurs.