Après plusieurs années d’attente, 13 ans exactement après avoir été présenté, le projet d’élargissement de la portion de l’autoroute Beyrouth-Jounieh devrait débuter dans les semaines prochaines, annonce le quotidien The Daily Star.

Il s’agira notamment d’ajouter une voie de circulation de chaque côté sur la portion de l’autoroute entre Nahr Kalb et Tabarja ainsi que de créer une ligne de service séparée, afin de la transformer en véritable autoroute fermée. Peut-être également qu’une voie d’accès aux magasins situés de chaque côté sera créé afin de les séparer de l’infrastructure routière.

Ce projet avait déjà été présenté en 2006 et avait fait l’objet d’une expertise d’une société française mais avait été remis en raison des crises politiques et de difficultés financières. Notamment, il avait été critiqué par les propriétaires d’établissements situés de chaque côté de l’autoroute qui craignent une diminution de leur clientèle et qui exigeaient certaines compensations pour un montant qui atteignait, selon certaines sources plus de 500 millions de dollars. Pour l’heure, il n’est pas question qu’ils puissent être indemnisés, l’extension de leurs établissements ayant été jugés illégaux.

Les travaux devraient durer 2 ans et demis et ont été attribués sur la base de 9 critères à 2 entreprises libanaises, Consolidated Engineering and Trading et A.R. Hourie Enterprises suite à un appel d’offre pour la modique somme de 52 millions de dollars, effectué par le Conseil de Développement et de Reconstruction (CDR). 16 entreprises participaient à cet appel d’offre.

Ils devraient être financés par un prêt de la Banque Européenne d’Investissement (BEI) pour un montant de 75 millions de dollars. Il reste encore à la BEI d’approuver le projet final afin que les travaux puissent débuter.

Cependant, cet élargissement pourrait ne pas suffire à mettre fin aux embouteillages chroniques de la région. En effet, depuis 2006, une grande augmentation a été constatée sur cette portion d’autoroute.

Ainsi le parlement a approuvé la création d’une voie spéciale dédiée aux transports en communs entre Beyrouth et Tabarja avec la mise en place de nouvelles infrastructures surélevées par rapport à l’autoroute actuelle.

Un projet de création d’une nouvelle autoroute a également été présentée au gouvernement libanais. Avec une bretelle qui devrait être créée au niveau des localités de Dbayeh et d’Okaiba, la nouvelle infrastructure routière passerait par les communes de Jeita, Antoura, Harissa, Chnaïr, Adma. Cependant ce projet doit encore être adopté par le cabinet.

Pour rappel, une étude effectuée il y a quelques années indiquait que les embouteillages coûtaient à l’économie libanaise plus de 3 milliards de dollars annuellement, en terme d’heures de travail perdues notamment.

Lire également

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée .

Article mis à jour:

Un commentaire?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.