Le coordinateur spécial de l'ONU pour le Liban, avec le Président de la République, le Général Michel Aoun, le 7 janvier 2019. Crédit Photo: Dalati & Nohra
Le coordinateur spécial de l'ONU pour le Liban, avec le Président de la République, le Général Michel Aoun, le 7 janvier 2019. Crédit Photo: Dalati & Nohra

Le coordinateur spécial de l’ONU pour le Liban, Jan Kubis, a qualifié l’attitude de la classe politique libanaise comme irresponsable dans un Tweet.

Compte tenu de la situation et de l’évolution du pays et de la région, il est de plus en plus irresponsable de garder le Liban sans gouvernement efficace et crédible. J’exhorte les dirigeants à agir sans plus tarder.

Pour rappel, le Liban est sans gouvernement depuis la démission du Premier Ministre Saad Hariri, le 29 octobre 2019, alors que d’importantes manifestations ont éclaté dans la nuit du 17 au 18 octobre. Les manifestants dénoncent une classe politique accusée d’être corrompue dans pratiquement son ensemble et d’avoir mené le Pays des Cèdres à la quasi-banqueroute financière, avec un taux d’endettement atteignant 154% du PIB, un déficit budgétaire qui a atteint 11.9% en 2019, un taux de chômage estimé entre 30% à 40% de la population active, 50% de la population risquant de vivre sous le seuil de pauvreté en 2020 selon certaines études contre 30% actuellement et des menaces de voir la livre libanaise être dévaluée.

Par ailleurs, le Liban est également menacé par la situation régionale, suite à l’augmentation des tensions en raison de l’assassinat d’un haut responsable iranien, le Général Qassem Souleimani, la semaine dernière à Bagdad où il se trouvait en visite officielle, par un drone américain.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Il ne s’agit pas d’un espace pour les commentaires.

Un commentaire?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.