La vallée sainte de Kadisha – également appelée vallée de Qannoubine – au Liban est classée sur la liste du Patrimoine Mondial de l’UNESCO depuis 1998.

Fortement escarpée et pentue, elle s’étend de la Forêt des Cèdres qui la surplombe et héberge le fleuve de Qannoubine qui deviendra le fleuve Abou Ali à Tripoli.

La vallée sainte a occupé très tôt par l’Homme puisqu’on a trouvé des traces remontant au Paléolithique. Elle deviendra un refuge en raison des difficultés à y accéder à de nombreuses populations victimes d’exactions dont la communauté maronite dès la fin du VIIème siècle.

Vues générales de la Vallée de Qannoubine

Ainsi le Monastère de Qannoubine deviendra même le siège patriarcal maronite au XVème siècle. Mais on y trouve également les ruines de monastères éthiopiens, nestoriens, arméniens, melchite et jacobites. On peut encore aujourd’hui retrouver des traces paléo-chrétiennes.

Voir la galerie photo: les fresques du Monastère de Qannoubine

On y a d’ailleurs retrouvé en 1990, 8 momies naturellement préservées de personnes avec leurs habits et appartenant à la communauté maronite, ce qui prouve que les lieux ont encore de nombreux secrets à révéler.

Ces momies se trouvent actuellement au Musée National avec différents objets découverts en même temps. 

Lire également

Le Monastère de Deir el Salib

Parmi les lieux exceptionnels le Monastère Jacobite éthiopien et Syriaque de Deir el Salib, situé en contrebas du village de Hadchit. Ces fresques qui datent du Moyen-Âge ont été peintes par des moines de rite syriaque, jacobites et éthiopiens.

Le Monastère de Deir el Salib est l’un des plus vieux lieux de rencontre entre différentes communautés chrétiennes médiévales au Liban fuyant les persécutions, et compte de nombreuses grottes transformées tant en monastères comme cette dernière ou comme ermitage.

Nous avons choisi cette peinture des 4 évangélistes pour montrer comment le patrimoine peut être en danger au Liban, notamment à la vue des dégradations faites par l’imbécilité et le manque de civisme de certains et le laissez-aller des autorités tant séculaires que religieuses incapables de les protéger. Ces fresques ont été dégradées depuis le début des années 2000 par la main de l’Homme et notamment au niveau des yeux et des bouches des évangélistes, tout un symbole face à ceux qui prêchent la parole du seigneur. 

Voir la galerie photo

Notre Dame de Hawqa 

Aujourd’hui, de ce passé d’ermites, on ne peut que rencontrer que le Père Dario Escobar, moine maronite venu de Colombie et qui a abandonné fortune et confort pour répondre à l’appel de Dieu pour l’inconfort d’une église, Notre Dame de Hawqa et son cloitre perchés dans une grotte située à presque tout début de la vallée.

Pour s’y rendre

Lire  également

La Statue de Saint Charbel à Annaya

St Charbel, Saint Patron du Liban

La communauté maronite à travers l’Histoire et 3 figures tutélaires

Liban/Culture: Au plus haut sommet du Liban, Kornet Sawda


Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Il ne s’agit pas d’un espace pour les commentaires.

2 Commentaires

Un commentaire?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.