Confronté à une opposition de plus en plus vive, y compris dans les rangs de son propre camp avec les déclaration du Président de la Chambre, le Premier Ministre Hassan Diab s’est exprimé ce mercredi devant les acteurs économiques au Liban pour indiquer qu’il n’y aurait pas de décote sur les dépots bancaires mais plutôt un échange ou Swap pour restructurer la dette publique.

Cette information intervient également alors qu’un plan de sauvetage de l’économie libanaise a été rendu public par une source anonyme. Ce plan prévoit une restructuration du système financier privé et public largement exposé à la dette souveraine et à l’origine d’une grave crise économique avec une récession qui a débuté en 2018. Ainsi, le Fonds Monétaire International, pour lequel un appel est de plus en plus probable, estiment aujourd’hui même ceux qui y étaient opposés comme les dirigeants de l’ABL ou encore le président de la chambre Nabih Berri, estime que la récession économique pourrait atteindre 12% au Liban en 2020.

Le Liban a déclaré un état de défaut de paiement en n’ayant pas pu rembourser la somme de 1.2 milliards de dollars d’eurobonds arrivés à maturité le 9 mars prochain.

À la crise économique qui avait déjà engendré les manifestations qui ont secoué le Liban à partir du 17 octobre 2010, s’ajoute celle de la pandémie du coronavirus. Ainsi, pour l’heure, 90% de l’activité économique du Liban serait gelée depuis que le gouvernement a mis en place un couvre-feu sanitaire, le 15 mars dernier.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.