Ancienne photo de la religieuse en question en compagnie d'un ministre

Dans un enregistrement vocal partagé d’une manière virale sur les réseaux sociaux, la supérieure du Collège Notre Dame des Soeurs Salvatoriennes à Abra, Sœur Mona Wazen s’est adressée aux étudiants des classes Terminales qui se préparaient à prendre part aux manifestations demain mercredi à Saïda, au niveau de la place Elia.

Après s’être présentée en tant que la directrice de ce même collège et donné son nom, elle s’est adressée aux étudiants sur un ton de menace en disant ce qui suit :

« Chaque étudiant et chaque étudiante, qui compte participer à ces manifestations doit se mettre en tête que ça sera pour lui (elle) le dernier jour au sein de cette école. Il sera chassé définitivement de l’école. Et parce que vous êtes en classe de Terminale, vous ne pourriez pas vous présentez aux examens officiels depuis votre établissement scolaire, vous vous débrouillerez pour trouver une autre école, et même si Notre Seigneur (Paix soit sur son nom) viendra en personne pour vous faire entrer de nouveau à l’école, je vous assure que vous n’y entrerez plus jamais. Vous ne vous rendez pas compte avec quelle école vous avez affaire. Ce mouvement de manifestations s’il va avoir lieu demain, ça sera votre dernier jour à l’école, est-ce clair ? »

Elle a enfin conclu ce message en invitant les étudiants à penser à plusieurs reprises aux graves conséquences que peut entraîner leur participation aux manifestations.

Ces menaces et ce ton inquisitoire a été très mal accueilli par les parents, les élèves et la communauté des internautes au Liban. Des comités d’avocats et défenseurs des droits des citoyens s’en sont pris aux menaces de la religieuse et lui ont bien fait comprendre qu’elle sera sérieusement poursuivie si elle porte atteinte à un seul de ses élèves, parce que le droit de manifester est un droit sacré et garanti par la Constitution libanaise.

Après le tollé provoqué par sa déclaration, elle a renvoyé un message où elle avoue s’être trompée en optant pour un ton de menace, et qu’elle a agit ainsi parce que le mouvement des étudiants allait se faire sans le consentement des parents. Argument qui est facilement réfutable parce que les parents des élèves se sont eux-mêmes révoltés quant au contenu de son message.

Pour rappel, depuis le 17 octobre, plus de deux millions de Libanais sont descendus dans la rue afin de manifester contre la classe politique corrompue qui a entraîné le pays dans une crise économique, politique et sécuritaire qui pèse lourdement sur le quotidien des Libanais. Le pouvoir des ordres religieux, chrétiens et musulmans, qui détiennent notamment une grande part du secteur éducatif et sanitaire au Liban, est également une affaire qui pèse sur le quotidien des Libanais qui n’osent souvent pas se prononcer à ce sujet.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Il ne s’agit pas d’un espace pour les commentaires.

Article mis à jour:

1 COMMENTAIRE

  1. Bien singulière, cette « religieuse », par ailleurs tante maternelle du roi de la corruption Gebrane Bassil!
    Bien singulière, de se mettre au service d’une véritable mafia, sans doute la plus criminelle dans le monde d’aujourd’hui selon le Washington Post, entre autres.

Un commentaire?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.