7 minutes à lire

Ville du Sud-Liban dans le district de Saïda, à 50 km de Beyrouth, elle est connue pour héberger le fameux sanctuaire de la Vierge de Maghdouché. Il s’agirait du lieu où la Vierge aurait attendu Jésus alors de passage à Sidon, l’ancien nom de Saïda, lors d’une de ses visites apostoliques.

Elle aurait d’ailleurs séjourné sur les lieux, dans la grotte aujourd’hui nommée Mantara, en raison de l’interdiction faite aux femmes d’entrer dans des villes païennes, d’où le nom aujourd’hui qui lui est attribué, à savoir « Notre-Dame de l’Attente ».

Notre documentaire vidéo

Le documentaire vidéo de notre Dame de l’Attente ou Maghdouché

Contrairement à Harissa, qui est plutôt un sanctuaire contemporain, le lieu de Maghdouché est donc lié à la Vie de la Vierge, elle-même.

Sur ce site, une inscription phénicienne et un serpent sculpté dans le rocher, pourraient faire remonter l’origine de ce sanctuaire à l’époque phénicienne. Certaines sources indiquent d’ailleurs l’existence d’un lieu de culte troglodytique dédié à Astarté qui pourrait être le même. 

Les premiers sanctuaires

Cependant, le premier sanctuaire aurait été construit au IV siècle, par l’Empereur Constantin le Grand à la demande de sa mère Hélène. Il s’agissait déjà d’une tour dont il ne reste aucune trace aujourd’hui. Elle se serait effondrée lors d’un tremblement de terre en 550 après Jc. 

Un deuxième sanctuaire sera construit par le Roi Louis IX plus communément appelé Saint Louis, un roi bâtisseur, à l’origine de la Sainte Chapelle à Paris qui était destinée à héberger les saintes reliques. Il est en effet passé par Sidon au printemps 1253 où il a appris la mort de sa mère. 

La grotte de Mantara ne sera redécouverte que très tardivement, vers les années 1720, certains évoquant en 1721 ou 1726, par un berger. Ce dernier aurait retrouvé une icône de la Vierge Marie et de l’Enfant, Jésus Christ, posée au fond de la grotte. Elle deviendra alors un lieu de pèlerinage ouvert à toutes les confessions. 

Le Sanctuaire actuel 

La mise en place du sanctuaire actuel date de l’achat par l’Église Grecque Catholique des lieux en 1860. Un cimetière a été également mis en place dans son enceinte.
La grotte sera ainsi transformée dès 1880 en église puis une tour de 36 mètres de haut sera construite durant les années 1960À sa base, une chapelle et à son sommet, une statue de la Vierge portant Jésus-Christ enfant en bronze.

De son sommet, on peut voir tous les environs de la ville de Saïda.

Vue Générale Sur La Ville De Saïda. Crédit Photo: Francois El Bacha Pour Libnanews.com
Vue générale sur la ville de Saïda. Crédit photo: Francois el Bacha pour Libnanews.com

Le site a été fortement dégradé durant la guerre civile libanaise entre 1975 et 1990. C’est non loin d’ailleurs, que se trouve le camp palestinien d’Ein Helwé que le sanctuaire domine. 

Peu-après la fin de la guerre civile, une campagne de réhabilitation a été entreprise par les autorités religieuses. Il s’agissait alors de montrer aux familles chrétiennes déplacées par le conflit qu’elles pouvaient revenir sur les terres et à rendre à ce site son rôle de rencontre entre toutes les confessions libanaises. 

Par ailleurs, il a été décidé de construire une basilique permettant l’accueil de beaucoup plus de personnes et aujourd’hui qui est en passe d’être achevée. 

Le sanctuaire figure, depuis 2016, sur la carte du Tourisme Religieux International. 

Comment s’y rendre ?

Voir à proximité

Lire également

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.