Le Président de la Chambre des députés Nabih Berry a présenté un plan de sortie de la crise politique que traverse le Liban depuis le renouvellement du mandat de la chambre en 2013 et en l’absence d’un nouveau président de la république depuis Mai 2014.

Nabih Berry indique ainsi être favorable à l’organisation de nouvelles élections législatives préalables à l’élection d’un nouveau Président de la République. Ces élections devraient être selon lui tenues dans un délai de 5 à 6 mois sous la loi électorale de 1960 amendée en 2009 en cas de désaccord des partis politiques à l’adoption d’une nouvelle loi électorale plus adaptée aux circonstances actuelles. Il se serait montré favorable à ce que la prochaine loi prenne notamment en compte des mesures de proportionnalité.

Le Président de la Chambre aurait ainsi détaillé son plan de sortie de crise lors de la tenue du Dialogue National ce mercredi. Ces propositions pourraient être étudiées dès la semaine prochaine par la commission parlementaire en charge de la rédaction de la prochaine loi électorale et de l’organisation des prochaines élections législatives.

Les représentants du Courant du Futur auraient refusé ces propositions, préférant ainsi à ce que le prochain locataire du Palais de Baabda soit élu par le Parlement actuel, estimant impossible à ce que soit nommé un nouveau gouvernement à l’issue des élections législatives. Cependant, des dissensions sont apparus au sein du Parti de l’Ancien Premier Ministre Saad Hariri. Le Ministre du Tourisme Michel Pharaon s’est ainsi déclaré favorable aux propositions de Nabih Berry, alors que l’ancien premier ministre Fouad Saniora aurait indiqué que ce refus ne serait pas catégorique.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.