Moins d'une minute de lecture

Plusieurs ministres dont Nada Boustani pour le Courant Patriotique Libre (CPL), Salim Jreissati sur les portefeuilles attribués au Président de la République, Ali Hassan Khalil, un proche du Président de la Chambre Nabih Berri et Mohammed Fnesih pour le Hezbollah, seraient assurés de se voir figurer au sein de la prochaine équipe gouvernementale, note le quotidien saoudien Ashraq al-Awsat ce vendredi, citant des sources proches de la Présidence de la République.

Par ailleurs, le Parti Socialiste Progressistes et le Courant du Futur pourraient nommer des personnalités non politiques pour les représenter. Il serait toutefois question que les ministères régaliens – justice, Affaires Etrangères, Intérieure, finances et Défense – restent aux mains des représentants des mêmes partis.

Quelques questions demeurent cependant sur le nombre de ministres. Ainsi, il serait question de voir le prochain gouvernement être constitué de 18 ou de 24 ministres.

Cette information intervient alors que ce lundi, devraient débuter les consultations parlementaires obligatoires visant à désigner un nouveau Premier Ministre, suite à la démission du Premier Ministre sortant, Saad Hariri, le 29 octobre dernier. Le favori à cette nomination est l’homme d’affaire Samir Khatib. Cependant, les manifestants, dans la rue depuis la nuit du 17 au 18 octobre 2019, rejettent dans leurs grandes majorités, la mise en place d’un gouvernement techno-politique, donc dénoncent la présence au sein de cette institution, d’une classe politique qu’ils considèrent comme corrompue et ayant amené le Liban à la quasi-banqueroute financière.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité marche uniquement sur un ordinateur. Ceci n’est pas un espace pour les commentaires. Les commentaires sont disponibles plus bas.