Le Premier Ministre Saad Hariri, annonçant sa démission, le 29 octobre 2019. Source Photo: Dalati & Nohra
Le Premier Ministre Saad Hariri, annonçant sa démission, le 29 octobre 2019. Source Photo: Dalati & Nohra

De retour depuis ce dimanche, le premier ministre désigné Saad Hariri devrait se rendre au palais présidentiel de Baabda ce vendredi, indique-t-on de source médiatique. Il a aujourd’hui rencontré le président de la chambre des députés Nabih Berri, pour une réunion qualifiée de décisive.

Cette liste devrait comprendre 24 portefeuilles ministériels sans plus de détail pour l’heure. On ignore ainsi si les 2 hommes ont répondu aux demandes du Président de la République, le Général Michel Aoun, qui accusait ces derniers d’infraction au Pacte National avec un cabinet comprenant un tiers de ministres chrétiens, un autre tiers sunnite et un troisième tiers chiite.

L’autre écueil portait sur l’attribution des ministères clés de la justice et de l’intérieur que souhaiterait obtenir le général Aoun, ministères d’autant plus clés que des proches de Saad Hariri et de Nabih Berri sont convoqués par la justice libanaise. Il s’agit pour Saad Hariri du gouverneur de la Banque du Liban Riad Salamé dans le cadre d’une enquête suisse sur de possibles détournements de fonds de la banque centrale et de l’ancien directeur du port de Beyrouth Hassan Koreitem dans le cadre de l’enquête portant sur l’explosion du Port de Beyrouth.

Nabih Berri voit de son côté son bras-droit, l’ancien ministre des finances du gouvernement Hariri II et III, Ali Hassan Khalil être également convoqué par la justice tout comme un autre membre du mouvement Amal, le député Ghazi Zoater, lui-même également ancien ministre des transports.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

Cette publication est également disponible en : Français English العربية Deutsch Italiano Español