Moins d'une minute de lecture

La session du parlement qui se tenait au Palais de l’Unesco s’est achevée avec le départ du bloc parlementaire des Forces Libanaises, République Forte, qui demandent l’organisation d’élection législatives anticipées.

Le député Georges Okais a ainsi motivé le retrait des députés FL au fait que le bloc parlementaire n’a pas été informé du reste de la session, le président de la chambre Nabih Berri ayant souhaité aborder les dossiers qui n’ont pas pu l’être au cours de la session précédente.

Le député des Forces Libanaises Georges Adwan a souligné que la priorité actuelle va aux réformes à mettre en oeuvre, des réformes qui nécessitent elles-mêmes un gouvernement fonctionnel, constitué de ministres indépendants et de de spécialiste. Tout délai supplémentaire affecte la vie de la population, estime-t-il avant d’appeler à la revitalisation des institutions publiques et au règlement des défis auxquels font face la population.

Pour rappel, cette session vise à élire des membres de la Haute Cour de Justice en charge de juger les Présidents, Premiers Ministres ou Ministres anciens et actuel, mais également plusieurs comités parlementaires, les 2 secrétaires et 3 commissaires du Parlement.

Pour sa part, le député Ali Hassan Khalil du mouvement Amal a indiqué regretter que le reste de l’ordre du jour n’ai pas pu être examiné estimant qu’il y a obstruction.

Quant au président de la chambre Nabih Berri, il appelle ces derniers qui souhaitent des élections législatives anticipées à démissionner par eux-même.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.