Pixabay drapeau Arabie Saoudite

La chaîne de télévision Al Arabiya a annoncé que le gouvernement Saoudien demande à ce que ses citoyens présents au Liban quitte « le plus tôt possible » le Pays des Cèdres. 

Ces déclarations interviennent alors que le Ministre saoudien en charge des affaires avec le Golfe,Thamer al-Sabhan, avait indiqué que le Royaume se considère désormais en guerre contre le Liban. L’Arabie Saoudite considère en effet que le missile, fabriqué en Iran, qui tentait de toucher l’aéroport international de Riyad, a été acheminé en pièces détachées au Yémen. Il aurait été tiré, toujours selon les autorités saoudiennes, par des membres des gardes révolutionnaires et de l’aile militaire du parti chiite libanais Hezbollah. Le Ministre aurait estimé que « Le Liban est tenu en otage par le Hezbollah et l’Iran et les Libanais ont la capacité à mettre fin aux violations du Hezbollah ».

Ce nouveau développement intervient alors que se multiplient les rumeurs depuis la démission du Premier Ministre Saad Hariri en déplacement en Arabie Saoudite sur les ondes de cette même chaîne. Ce dernier n’est toujours pas rentré au Liban en dépit de son retour annoncé pour ce jeudi, alors que la purge de l’ancienne garde représentée par les proches de l’ancien roi d’Arabie Saoudite se poursuit.

Ce dernier a cependant aujourd’hui reçu l’ambassadeur de France en Arabie Saoudite, François Gouyette.

Le frère de Saad Hariri, son successeur à la tête du Courant du Futur?

Selon certaines rumeurs, le prince héritier du Royaume Saoudien, Mohammed Ben Salmane, aurait demandé, via le nouveau ambassadeur non encore accrédité auprès du Liban, Walid al-Yaaqoubi, au frère de Saad Hariri, Bahaeddine Hariri, de lui succéder à la tête du Courant du Futur. Saad Hariri, de son côté, s’engagerait à quitter le Moyen-Orient et à se retirer de toute vie politique.

Il aurait également demandé à la famille de feu l’ancien premier ministre libanais, Rafic Hariri, et notamment à sa soeur Bahia, à son épouse Nazek et au fils de ce dernier, Ahmad, de se rendre à Riyad afin de lui prêter allégeance.