Capture d'écran d'une vidéo de propagande de Daesh.
Capture d'écran d'une vidéo de propagande de Daesh.

Le Ministre de l’Intérieur Nouhad Mashnouq a indiqué ce lundi 10 décembre 2018 qu’une attaque terroriste de Daesh contre des positions de l’Armée Libanaise et du Hezbollah mais également des rassemblements de la communauté chrétienne a été évitée par les services sécuritaires. Cette tentative d’attentat aurait eu lieu durant les élections législatives de mai.

Selon les informations données par Nouhad Mashnouq, les services de renseignement des Forces de Sécurité libanaises auraient mené une opération préventive suite à des informations obtenues par l’intermédiaire d’un agent infiltré dans les rangs de l’organisation terroriste dans la province syrienne d’Idlib tenue par les rebelles. Cette attaque visait à semer le chaos durant les élections et à en empêcher ainsi le bon déroulement.

L’agent infiltré dans les rangs de Daesh aurait réussi à obtenir des informations cruciales d’un haut responsable Abou Amar, a indiqué au cours d’une conférence de presse, les Forces de Sécurité libanaises.

Ce dernier aurait demandé à l’agent en question de préparer une opération terroriste en mars dernier puis plus spécifiquement en avril, de surveiller des positions de l’Armée Libanaise, du Hezbollah et « des rassemblements chrétiens ». Il lui aurait également indiqué qu’il lui enverra les équipements nécessaires pour mener cette attaque.

Ainsi, le 25 avril dernier, 4 kilogrammes d’explosifs ainsi qu’un détonateur auraient été acheminés au Liban via un chauffeur de taxi syrien domicilié dans un camp de réfugiés.

L’agent des FSI aurait alors indiqué que le détonateur était défaillant. Abou Omar lui aurait promis de lui envoyer de nouveaux équipements le 14 mai 2018, colis qui aurait été reçu le 17 mai via un chauffeur de bus. 

Le contact avec le chef terroriste a cependant été interrompu le 4 juin suite à quoi les agents de FSI auraient capturé les terroristes présents au Liban. 

Un des membres de la cellule terroriste appartiendrait également à Al Nosra, branche issue d’une scission avec l’organisation Al Qaida.

En juillet, en dépit du démantèlement de la cellule précédente, un nouveau responsable de Daesh – Abou Hajar – aurait repris contact avec l’agent des FSI infiltré. Ce dernier lui aurait demandé de se préparer à recevoir des armes et des grenades.

En septembre, une nouvelle demande de surveillance des positions de l’Armée Libanaise et des lieux de « rassemblements chrétiens » a été effectuée avec la livraison de matériels explosifs dans la Békaa. Abou Hajar a cependant été tué et l’opération a été à nouveau interrompue pour s’achever après que ce dernier a été à nouveau contacté par un nouveau responsable de l’organisation terroriste en novembre pour lui demander à se rendre en Turquie. 
Les Forces de sécurité libanaises ont alors décidé d’interrompre l’opération en raison des menaces pesant sur la sécurité de leur agent.

Pour rappel, Daesh a déjà commis de nombreux attentats visant le Pays des Cèdres.

L’Armée Libanaise a entrepris une offensive intitulée Aube du Jurd, le 19 août 2017. Cette offensive visait à déloger le mouvement terroriste Daesh des zones qu’il occupe au Liban et qui menaçait la localité sunnite d’Aarsal, chrétiennes de Ras Baalbeck et de Qaa ainsi que différentes localités chiites. Il visait ainsi à provoquer des troubles d’ordre communautaire au Pays des Cèdres.

Depuis la défaite de Daesh dans les hauteurs d’Aarsal, l’organisation terroriste a changé de méthodologie, s’appuyant désormais sur des cellules dormantes.

En février 2018, les services de renseignement de l’Armée Libanaise avaient arrêté un ressortissant syrien recruté en vue de commettre un attentat à l’encontre d’un bus de l’Armée Libanaise.

En avril 2018, les FSI avaient également procédé à l’arrestation d’un responsable de l’organisation terroriste dans la localité de Zghorta au Nord Liban qui se préparait déjà à commettre des attentats. 

Lire également

Un ressortissant syrien arrêté à Aarsal pour appartenance à un groupe terroriste

Al-Qaëda au Liban: terre d’accueil ou de djihad? Par Fadi Assaf

6000 combattants de Daesh et d’Al Nosra originaires du Liban

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.