10 minutes à lire

Après un weekend quelque peu marqué par une brusque détérioration de la situation entre le Liban et Israël suite à une tentative de bombardement d’un centre média du Hezbollah situé dans la banlieue sud de Beyrouth par 2 drones, la tension persiste entre les 2 pays, avec le bombardement aérien d’une base palestinienne située dans la Békaa.

Pour rappel, 2 drones d’origine israélienne, estiment l’Armée Libanaise, ont tenté de viser un centre média du Hezbollah dans la banlieue Sud de Beyrouth. Cette tentative intervenait alors qu’une position du Hezbollah aurait été également visée en Syrie, faisant 2 morts dans les rangs de la branche militaire du mouvement chiite. Un ressortissant iranien aurait également été tué dans ces frappes. Tel Aviv indique avoir agi en raison d’une tentative iranienne d’utiliser des drones afin d’attaquer ses positions dans le Golan.

Pour l’heure, les autorités israéliennes ne confirment ni ne démentent être à l’origine de cette attaque.

Le type de drone utilisé serait un quadricoptère M600 de marque DJI d’une porte de 5 km seulement, indique une source proche de l’armée libanaise, amenant à certaines interrogations quant à l’origine réelle de l’attaque.

Un nouveau raid israélien nocturne contre une base palestinienne située au Liban

Les forces israéliennes ont également mené dans la nuit de dimanche à lundi, un nouveau raid aérien contre une base du Front de libération de la Palestine – Commandement Général, situé à proximité de la ville de Qusaya dans la Békaa, annonce une dépêche de l’ANI. Ces derniers auraient répliqué.

L’agence nationale indique que les habitants de la localité ont entendu 3 explosions vers 1h11 du matin. Ce raid, indiquent les responsables palestiniens, aurait été mené par un drone israélien. Aucun mort ne serait à déplorer toujours selon lui.

Hassan Nasrallah: L’attaque israélienne, une grande violation des règles d’engagement issues du conflit de juillet 2006

S’exprimant ce dimanche à l’occasion d’un discours retransmis par vidéo conférence à l’occasion du 2ème anniversaire de la fin de l’offensive du mouvement chiite face à Al Nosra dans la partie Nord Est du Liban, le Secrétaire Général du Hezbollah a estimé que l’attaque israélienne constituait une grande violation des règles d’engagement issues du conflit de juillet 2006 amenant à une détérioration dangereuse de la situation.

Le temps où Israël bombarde le Liban est terminé, estime Hassan Nasrallah qui a poursuivi en indiquant que la première réponse du Hezbollah face aux drones israéliens sera de les faire tomber.
“Si nous restons silencieux … ce sera une voie dangereuse pour le Liban”, indique le responsable du Hezbollah.

Il a appelé les dirigeants libanais s’adresser aux Etats-Unis pour tenter de contenir la situation: “Si le gouvernement libanais veut la pacification, il doit dire aux Américains de maîtriser Israël“.

Hassan Nasrallah a également détaillé les circonstances de l’attaque, indiquant qu’aux environs de 2 h 30 ce dimanche, un drone israélien a été vu volant entre des immeubles du quartier de Mouawad, dans la banlieue sud de Beyrouth. Selon lui, les habitants de ce quartier ont commencé à jeter des pierres. Il a indiqué ignorer si cela a provoqué la chute du premier drone.

C’est alors qu’est apparu un deuxième drone, toujours selon Hassan Nasrallah. Il s’agirait clairement selon lui d’une mission suicide. Ce dernier a explosé à proximité du bureau média du Hezbollah, provoquant des dommages matériels, ainsi que des blessures légères à 3 personnes présentes dans ces bureaux.

Il a estimé que ne pas répondre à cette attaque pourrait ramener le Liban plusieurs décennies en arrière et rejeté l’idée que le mouvement chiite entrainait le Liban vers une guerre, indiquant que le Pays des Cèdres avait déjà à souffrir des violations quotidiennes israéliennes de son espace aérien et de ses eaux territoriales.

“Nous ne permettrons pas que cela se répète, quel qu’en soit le coût. (…) Nous allons œuvrer à la destruction des drones israéliens qui entrent désormais dans le ciel libanais car, pour nous, ils sont devenus des attaques à l’aide d’explosifs.” Hassan Nasrallah.

Hassan Nasrallah a estimé que ce nouveau développement constitue une violation d’une ligne rouge pourtant rappelée lors de son discours précédent à l’occasion de la commémoration du début du conflit de juillet 2006.

Il a également indiqué que le bombardement israélien d’un poste du mouvement chiite en Syrie, bombardement qui a entrainé la mort de 2 combattants du Hezbollah, entrainera des représailles, déclarant avoir déjà mis en garde le Premier Ministre israélien Benjamin Netanyahu à ce sujet. Hassan Nasrallah a également accusé le Premier Ministre Israélien d’avoir élargi les frappes aériennes israéliennes à l’Irak et au Liban pour des raisons électorales.

“Israël n’a pas attaqué une position de la Force Qods (Ndlr: les forces iraniennes) en Syrie, mais plutôt une maison contenant des combattants du Hezbollah”
Hassan Nasrallah

Concernant ces représailles, Hassan Nasrallah a appelé les soldats israéliens à la prudence, et “à attendre debout sur un pied et demi, à partir de ce soir“. Ces représailles ne seront pas menées à partir des fermes occupées (par Israël) de Chébaa, indique le secrétaire général du Hezbollah mais à partir des frontières libanaises. Il a également mis en garde les habitants de la partie nord d’Israël: “Je dis aux habitants du nord de la Palestine occupée et partout dans le monde, (…) ne vous détendez pas et ne croyez pas que le Hezbollah permettra ce type d’attaque“.

Le Président de la République dénonce “une agression israélienne flagrante de la souveraineté libanaise” et une déclaration de guerre

Le Président de la République, le Général Michel Aoun a décrit l’attaque israélienne contre la Banlieue Sud de Beyrouth comme une agression israélienne flagrante à l’encontre de la souveraineté territoriale libanaise. Il a indiqué que le Liban prendra les mesures appropriées.

Selon le chef de l’état, cette attaque constitue un nouveau chapitre dans les violations israéliennes continues de la résolution 1701 du Conseil de Sécurité de l’ONU et une indication supplémentaire sur les intentions hostiles israéliennes ainsi qu’une attaque contre la stabilité et la Paix du Liban.

“Le Liban, qui condamne fermement cette agression, prendra les mesures appropriées après consultation des autorités compétentes.” indique le Président de la république.

Ce lundi, le Président de la République a enfoncé le clou, estimant que l’attaque par des drones constituait une déclaration de guerre contre le Liban et que le Pays des Cèdres a le droit de se défendre face à Israël, dans un communiqué publié par le Palais de Baabda.

Le Premier Ministre condamne l’agression israélienne

Le Premier Ministre Libanais a condamné, dans un communiqué publié ce dimanche , l’attaque israélienne par l’intermédiaire de drone, comme étant également une attaque contre la souveraineté libanaise. Il s’agit également, souligne Saad Hariri, d’une violation de la résolution 1701 du Conseil de Sécurité de l’ONU.

Cette nouvelle forme d’agression constitue, selon le Premier Ministre une menace contre la stabilité régionale et est une tentative à amener à plus de tension régionale.

Il a appelé la communauté internationale ainsi que les amis du Liban dans le monde à prendre leurs responsabilités et à protéger la résolution 1701 du Conseil de Sécurité de l’ONU des menaces et des répercussions des violations israéliennes, notant par ailleurs que le Liban prendra, à ce sujet, ses responsabilités.

Le Premier Ministre a indiqué qu’il restera en contact étroit avec le Président de la République et le Président de la Chambre en ce qui concerne les décisions qui seront prises pour faire face à cette nouvelle situation.

Le Procureur Militaire inspecte les lieux de l’attaque par les drones

Le Procureur militaire, le juge Pierre Germanos, s’est rendu sur les lieux de l’attaque par les drones, dans la banlieue Sud de Beyrouth.

Il a indiqué que l’enquête en cours sur cet incident diffère des scènes habituelles et que l’Armée s’est saisie du dossier. Sur la question de savoir si les autorités libanaises pourront examiner le drone qui est tombé sans exploser, le responsable judiciaire a indiqué que “Nous sommes l’Etat et nous sommes ceux qui examinerons tout”.

Le Liban compte porter plainte contre Israël devant le Conseil de Sécurité de l’ONU

Le Ministre des AF Gébran Bassil a appelé l’ambassadeur du Liban auprès de l’ONU pour porter plainte contre Israël devant le Conseil de Sécurité. Il s’agit selon lui, d’une violation dangereuse de la souveraineté libanaise.

Gébran Bassil a rappelé l’attachement du Liban à la Résolution 1701 du Conseil de Sécurité de l’ONU, alors qu’Israël commet de manière quotidienne et répétée des actes visant à terroriser et menacer la population libanaise.

Dans un communiqué, le ministère indique que “le désir du Liban de respecter les résolutions de l’ONU et son engagement en faveur de la stabilité ne nient pas son droit de défendre la souveraineté nationale et de prendre les mesures nécessaires pour le préserver”

Les responsables libanais condamnent les frappes israéliennes et appellent au calme

Les différents responsables libanais ont condamné les frappes israéliennes et appelé à la retenue.

La ministre de l’Intérieur, Raya el Hassan a “vivement déploré la chute des deux avions israéliens au-dessus de la banlieue sud et l’agression flagrante contre la souveraineté libanaise et la résolution 1701” sur Twitter, appelant l’état et “ses institutions légitimes ainsi que les agences de sécurité” à préserver la sécurité et la stabilité du Pays des Cèdres par des décisions politiques unifiées dans l’intérêt du Liban et des Libanais.

Le dirigeant du PSP a dénoncé l’agression israélienne, estimant que ce nouveau développement annonce “une explosion majeure”. Il a ajouté que la meilleure manière de confronter cette agression est par l’unité nationale et la prise de toutes les mesures administratives et financières pour immuniser la situation interne comme stipulé par la Présidence de la République.

Son alter-égo du Parti Démocratique Libanais Talal Arslan a, pour sa part, estimé que le seul choix qui s’offrait au Liban était la résistance face à Israël. “L’attaque d’aujourd’hui souligne la nécessité de s’attacher de plus en plus à l’équation tripartite armée-peuple-résistance”.

Présent lors du discours audiovisuel du dirigeant du Hezbollah dans la Békaa, le député Jamil Sayyed a appelé le gouvernement libanais à prendre ses responsabilités dans cette attaque.

Le Mufti de la république (Sunnite) Abdul Latif Daryan a appelé le conseil de sécurité de l’ONU et la communauté internationale à faire cesser les violations israéliennes du territoire et de l’espace aérien libanais, mais également à empêcher Tel Aviv de lancer toute nouvelle agression israélienne contre le Liban, soulignant par ailleurs la nécessaire unité nationale sur ce dossier.

Son homologue chiite, le cheikh Abdul Amir Qabalan, a estimé qu’Israël joue avec le feu et appelé l’ONU et le Conseil de Sécurité à se saisir de la question.

Les Etats-Unis appellent au calme

Le Secrétaire d’état américain en charge des Affaires Etrangères Mike Pompeo a appelé le Premier Ministre Libanais ce dimanche pour souligner la nécessité d’éviter toute escalade supplémentaire de la situation. De son côté, Saad Hariri a noté le respect par le Liban de la Résolution 1701 du Conseil de Sécurité de l’ONU, mettant en garde contre les menaces posées par les violations israéliennes de la dite résolution et de la souveraineté libanaise.

Le Premier Ministre a appelé les USA à faire cesser ces violations du territoire libanais, indiquant que les autorités libanaises feront tout ce qui leur est possible pour restreindre l’impact des développements de la situation et calmer les tensions actuelles.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité marche uniquement sur un ordinateur. Ceci n’est pas un espace pour les commentaires. Les commentaires sont disponibles plus bas.