Jezzine, est une ville située au Sud du Liban, réputée pour ses belles demeures, ses vieilles églises, sa cascade haute de plus de 40 m et son artisanat. Son entrée est surplombée par une grande statue de la vierge au bord d’une falaise nommée Saydit el Maabour, (Notre-Dame du Passage).

Une fois à Jezzine, il est conseillé de visiter une des boutiques des artisans couteliers. La tradition de cet artisanat remonte au XVIIIe siècle, plus précisément aux années 1770, avec la famille Haddad. Au départ, des épées et des manches de fusils étaient fabriqués avec des os ou des cornes. Ce n’est qu’au XXe, à partir des années trente, que les artisans se lancent dans la coutellerie et les services de tables.

La particularité de la coutellerie de Jezzine ne tient pas seulement à la qualité de sa lame, qui n’est certes pas à contester, mais bien au manche de ces ustensiles. En forme de tête de phénix, l’oiseau légendaire de la mythologie phénicienne, les manches sont façonnés dans de l’ivoire ou bien dans de la corne de mouton, buffle, ou chèvre. Cet artisanat avait tellement bien prospéré à Jezzine, que plusieurs familles se sont mises à la production de coutellerie éponyme de leur ville natale, qui fini par devenir un précieux présent offert par les autorités libanaises aux sommités et aux chefs d’Etat.

Cependant, cet art régresse … Il n’est plus fabriqué selon la tradition, dans de l’ivoire ou la corne, mais à base d’un mélange de résine ou de poudre d’os. Ce qui ne différencierait plus cet artisanat traditionnel originellement sculpté dans des matières brutes, de n’importe quel set industriel de n’importe quelle provenance. En espérant des jours meilleurs à l’artisanat proprement libanais, nous vous laissons avec cet exemple de couteaux de Jezzine.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Il ne s’agit pas d’un espace pour les commentaires.

Article mis à jour:

Article précédentPatrimoine et citoyenneté: le rapport du culturel et du politique
Article suivantBenoit Debbane, Exhibition of « Doodlings » on the theme « OUGA OUGA! »
Avatar
Marie-Josée Rizkallah est une artiste libanaise originaire de Deir-el-Qamar. Versée dans le domaine de l’écriture depuis l’enfance, elle est l’auteur de trois recueils de poèmes et possède des écrits dans plusieurs ouvrages collectifs ainsi que dans la presse nationale et internationale. Écrivain bénévole sur le média citoyen Libnanews depuis 2006, dont elle est également cofondatrice, profondément engagée dans la sauvegarde du patrimoine libanais et dans la promotion de l'identité et de l’héritage culturel du Liban, elle a fondé l'association I.C.H.T.A.R. (Identité.Culture.Histoire.Traditions.Arts.Racines) pour le Patrimoine Libanais dont elle est actuellement présidente. Elle défend également des causes nationales qui lui touchent au cœur, loin des équations politiques étriquées. Marie-Josée est également artiste peintre et iconographe de profession, et donne des cours et des conférences sur l'Histoire et la Théologie de l'Icône ainsi que l'Expression artistique. Pour plus de détails, visitez son site: mariejoseerizkallah.com son blog: mjliban.wordpress.com et la page FB d'ICHTAR : https://www.facebook.com/I.C.H.T.A.R.lb/

Un commentaire?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.