Le Monastère de Balamand, ancienne Abbaye Cistercienne de Bellmont, fondée en 1157,  aujourd’hui un des lieux de résidence au Liban du Patriarche Orthodoxe de rite Antiochien est situé sur une falaise à quelques kilomètres au Sud de la ville de Tripoli au Nord Liban, avec à ses pieds, la ville d’Enfeh et son promontoire ou était établi un important dispositif de défense du comté de Tripoli lors des Croisades.

Abandonné au XIIIème siècle en raison de la conquête mamelouke , il sera consacré au rite orthodoxe à partir du XVIème siècle et outre aujourd’hui son rôle de recueil auprès de cette communauté, il est également devenu lieu de mémoire avec la conservation de nombreuses icônes importantes dont celles des iconostases des 2 églises, Notre-Dame au Nord et St Georges à l’Est et également de manuscrits, qui ont été la raison première de l’installation des moines orthodoxes.

Camille Enlart:  »L’abbaye cistercienne de Belmont en Syrie », schéma reproduit de l’ouvrage  » Les monuments des croisés dans le Royaume, (cliquer pour agrandir) Source: Wikipedia.
Camille Enlart: »L’abbaye cistercienne de Belmont en Syrie », schéma reproduit de l’ouvrage » Les monuments des croisés dans le Royaume, (cliquer pour agrandir) Source: Wikipedia.

De l’époque Cistercienne, demeure une partie du cloitre et peut-être une partie de l’Église Nord, celle de Notre Dame, ainsi que le clocher et l’un des réfectoires.

À ces dernières, s’ajoutent les constructions plus récentes à partir du XVIème siècle jusqu’à aujourd’hui, soit de l’époque orthodoxe, utilisant les mêmes que ceux d’origines, c’est à dire la même pierre et assurant donc une certaine continuité.

Il y a notamment l’aile dite Alépine, ou se trouve l’Église St Georges, construite vers 1652, l’aile dite patriarcale, datant du XIXème siècle et qui servira de premier séminaire à la moitié de ce siècle et ainsi la partie dite écolière, en date du début du XXème siècle.

Parmi les trésors de ce monastère que malheureusement nous n’avons pas pu voir, les icônes bien entendu et les manuscrits. Les icônes conservées à Balamand compteraient parmi les plus belles issues de l’école de Youssef el Mousawir, avec notamment celle dite de la « Passion de St Georges ».

Quant aux manuscrits, ils dateraient pour l’essentiel du XVIIème et du XVIIIème siècles, à quelques exceptions prêts comme des manuscrits en Syriaque qui seraient eux du XIIIème siècle. Beaucoup auraient cependant disparus en raison des évènements et  notamment une partie en 1987, lors de la guerre fratricide. Certains ont été rendus.

Pour plus d’information, le site du Monastère de Balamand.

Voir également

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée .

Article mis à jour:

Un commentaire?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.