2 minutes à lire

Alors que le gouvernement libanais devrait décider de l’extension pour 4 semaines supplémentaires des mesures de mobilisation générale face au coronavirus et adopter un certain nombre de mesures face à la crise actuelle, le Président de la République a dénoncé les accusations “aléatoires” circulant dans les médias auxquelles le gouvernement fait actuellement face.

Le Général Aoun a également appelé les ministres à faire preuve de solidarité en expliquant les faits face à une stratégie visant à face face à des années de gaspillage et de négligence dont ils ne seraient pas responsables.

Le chef de l’état a également rappelé exercer ses prérogatives conformément à celles prévues par la constitution, allusion aux critiques de dirigeants politiques et religieux sunnites quant à l’affaire de la centrale de Selaata. Le Président de la République avait appelé la semaine dernière au réexamen de ce dossier.

Pour sa part, le Premier Ministre Hassan Diab a estimé avoir été ciblé depuis la formation de son gouvernement par des actions malveillantes décrites comme étant politiques alors que son équipe actuelle est venue sauver le Liban face à la crise économique.

Hassan Diab a ainsi souligné que le prix des denrées alimentaires devrait sensiblement baisser les prochains jours, tout comme un retour au cycle économique devrait être constaté après la levée de certaines mesures de confinement.

Le locataire du Grand Sérail a indiqué comprendre les sentiments de la population face à la crise, mais il a également mis en garde contre la manipulation par certains partis politiques de ce mal-être.

Nous comprenons le cri du citoyen qui ressent l’impact de la situation sociale, mais la crainte est que des tentatives soient faites pour exploiter ce cri politiquement, transformer les demandes et les préoccupations des gens en un moyen pour provoquer une nouvelle coupure des routes, fermer les institutions et ainsi perturber le fonctionnement du Liban amenant au licenciement des travailleurs.

Le Premier Ministre a également souligné que manifester est un droit mais il doit être exercé sans mener au chaos et mis en garde contre les violations des propriétés privées et publiques.

“Je ne pense pas que le peuple libanais accepte ces pratiques qui ne sont pas similaires à l’expression démocratique”, conclut Hassan Diab.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité marche uniquement sur un ordinateur. Ceci n’est pas un espace pour les commentaires. Les commentaires sont disponibles plus bas.

1 COMMENTAIRE

  1. Michel Aoun l’un des rares hommes qui a réussi à détruire son pays trois fois

Comments are closed.