La Cathédrale Notre Dame, son coeur, a failli bruler. Les larmes qui ont coulé ce soir sur les joues des Français, des étrangers présents sur place, mais également à l’étranger ont montré une communion, une émotion extreme comme les messages qui ont circulé de part le Monde.

Cet émotion a traversé les frontières.

Dans son malheur, l’incendie qui a ravagé cet édifice a réconcilié la France qui a redécouvert, en dépit des différences, sa place au sein de la civilisation chrétienne. En dépit de toutes les différences, à quelques exceptions près, on était tous sous le choc.

Cette émotion était également présente à l’étranger.

Certains se rappelaient les images de tours jumelles de New York en feu, ce temple de la finance, ces marchants du temple. Cela n’est pas comparable, on est loin d’un aspect pécuniaire: Notre Dame de Paris est notre coeur et une partie de notre âme. Une communion entre tous, une identité historique, une personne presque comme en témoignent les messages de part le monde dont on pleure le malheur parce qu’on a tous été touché.

La Cathédrale de Paris est, en effet, intimement liée à notre Histoire, à notre culture et rayonne au travers de l’Europe mais aussi ailleurs. Des Rois de France, à la libération de Paris en 1944, elle n’était pas qu’un bâtiment fait de pierre mais également une identité qui nous est chère.

Dans le malheur, cette Cathédrale, édifiée par l’unité de sa population, nous a encore plus unie. Elle nous a rappelé nos racines, notre civilisation, la grandeur de la civilisation européenne. Elle a rayonné et dans notre coeur, nous avons également été meurtri. Il a fallu un drame pour s’en rendre compte.

Les mots manquent, le choc est toujours présent, la peur d’avoir perdu des trésors inestimables pour l’Humanité. La charge émotionnelle est toujours présente. Les paroles ne suffisent plus mais l’immensité de la tâche qui nous attend pour panser ses plaies sont déjà dans les esprits, comme l’a souligné le Président de la République Emmanuel Macron en ses termes: « Nous la rebâtirons ».

Nous ne pouvons que la rebâtir et que refaire battre ce coeur palpitant de ce Monde.

À l’heure ou j’écris ses lignes, la structure a été sauvée ainsi que les 2 tours. L’essentiel des dégâts se situent au niveau des combles qui datent du Moyen-Âge et qui constituaient un trésor d’ingénierie de nos aïeux ainsi que la flèche du XIXème siècle qui a disparu.
Nos pensées vont surtout aux Pompiers de la ville de Paris qui ont su avec leur courage lutter contre cet incendie.

Un commentaire?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.