Un juge d’instruction a mis en examen plusieurs dizaines de personnes – dont certains responsables publics – dans l’affaire du scandale du fioul frelaté.

30 personnes ont ainsi été mises en examen pour fraude, corruption, détournements de fonds publics et pour avoir rédigé de faux documents. Parmi, les personnes accusées Sarkis Hlaiss, directeur des installations pétrolières pour le Ministère de l’Energie et des Ressources Hydrauliques dont la mise en cause précédente avait amené à un bras-de-fer avec le dirigeant du Mouvement Marada, Sleiman Franijeh qui s’interrogeait sur l’indépendance du système judiciaire.

Autre mise en examen, la directrice générale du ministère, Aurore Feghali, ainsi que plusieurs techniciens et fonctionnaires.

Côté privé, le représentant de l’entreprise publique algérienne Sonatrach dont 2 tankers ont été saisis par la justice libanaise et le propriétaire de ZR Group Teddy Rahmé ont été mis en examen.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Il ne s’agit pas d’un espace pour les commentaires.