Le Palais de Justice de la ville de Beyrouth.
Le Palais de Justice de la ville de Beyrouth.
Moins d'une minute de lecture

Une personne a tenté d’attaquer avec des grenades la cour criminelle du Palais de Justice de Beyrouth ce jeudi, alors qu’une session judiciaire avait lieu.

Selon certaines sources, la cour examinait alors le dossier d’un trafiquant de drogue qui avait pourtant été libéré. Il était entré lors d’une session dirigée par le juge Tarek Bitar avant de se poignarder et de tirer de ses poches 2 grenades qu’il a tenté de déclencher.

Cependant, l’intervention rapide des forces de sécurité a permis d’éviter le drame. L’assaillant a été arrêté sur ordre du procureur de la république, le juge Ghassan Oweidat et une enquête aurait débuté pour découvrir le mobile de cette attaque.

Une autre enquête a été ouverte concernant le fait que l’homme en question ait réussi à introduire des engins explosifs dans une enceinte pourtant protégée et avec un passage obligé via des scanners de sécurité.

Certaines sources estiment qu’il y aurait peut-être eu une complicité au sein des forces de l’ordre ou certaines lacunes.

Cette attaque ravive également de mauvais souvenirs pour le système judiciaire, avec certains témoins qui soulignent que l’attaque du palais de justice de Saïda en 1999 par des terroristes d’Osbat el Ansar alors basés dans le camp palestinien d’Ein Helwé s’était soldé par la mort de 4 juges sans que justice n’ait été rendue jusqu’à présent.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.