Moins d'une minute de lecture

Le président de la chambre Nabih Berri a indiqué qu’un gouvernement pourrait être formé d’ici 4 à 5 jours, « en raison de l’atmosphère positive ». Ces propos interviennent alors que les marchés financiers et notamment le marché noir ainsi que certains partis politiques doutent d’assister à la proclamation du prochain cabinet dans un délai aussi court.

Cependant, en dépit d’un sentiment d’optimisme du premier ministre désigné Saad Hariri, les observateurs notent que des divergences sont toujours présentes au sein de son propre camps. Ainsi les Forces Libanaises ont largement critiqué l’attribution du ministère des Finances au Mouvement Amal, même si le Hezbollah aurait finalement renoncé au Ministère de la Santé au profit du Parti Socialiste Progressiste de Walid Joumblatt.

Nabih Berri s’exprimait ainsi devant une délégation d’étudiants de l’Université St Joseph. Il s’en est également pris au système communautaire, estimant que la première appartenance des libanais doit être à leur pays et non a leur secte religieuse.

Le Président du Parlement a également écarté tout risque de voir les relations israélo-libanaises se normaliser en dépit des négociations visant à la délimitation des frontières maritimes et terrestres entre ces 2 pays.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

2 Commentaires

  1. La loi d’amnistie, c’est deux choses, où il n’y a plus rien à prendre, ou ils veulent se faire oublier, car ils ont l’oeil sur le gaz. qu’il partent et qu »‘ils ne touchent pas à cela, c’est pour les Libanais, pour le Liban.
    Monsieur Hariri, même si cela va contre vos intérêts personnels, nationalisé : le ramassage des ordures, l’électricité etc. ils n’en n’ont plus besoin, ils sont assez riches comme cela

  2. il est facile de comprendre qu le Liban ne s’en sortira que lorsque cette calsse politique partira, laissez leur la loi d’amnistie, de toutes les façons, il n’y a plus rien à prendre et ils ont tout pris, alors qu’ils partent. monsieur Hariri, vous qui savez parlé le langage politique, attaquez vous aux réformes civiles, la liberté citoyenne n’en sera que plus grande,

Comments are closed.